Confidentiel. Le colonel Mohamed Chafik Mesbah, l’homme qui avait vendu une villa à Hydra à Amar Saâdani pour plusieurs milliards de centimes

0
344

Le colonel à la retraite Mohamed Chafik Mesbah, un ancien officier du DRS et l’un des anciens sous-officiers de la génération des agents du DRS formés et dirigés par l’emblématique général Toufik, a été installé hier lundi dans ses fonctions de directeur général de l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, a indiqué un communiqué de la présidence de la République. 

Officiellement, cette agence, créée en vertu du décret n 20-42 du 11 février 2020, doit participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique nationale de coopération internationale en matière économique, sociale, humanitaire, culturelle, cultuelle, éducative, scientifique et technique. Elle a également pour mission de contribuer à la préparation du projet de budget de la coopération internationale et d’en assurer l’exécution, à apporter son concours à l’action de l’appareil diplomatique et des ministères concernés pour la mobilisation optimale de l’assistance technique et financière extérieure au service du développement national.

Son tout nouveau patron, Mohamed Chafik Mesbah, est connu dans le monde de la presse algérienne pour ses multiples écrits dans les colonnes du quotidien El-Watan et le Soir d’Algérie. L’homme était présenté comme un politologue. Mais très peu d’Algériens connaissent l’autre facette du premier patron de la première agence de coopération internationale dans l’histoire de l’Algérie. Il s’agit aussi d’un homme qui avait des réseaux très puissants au sein de la classe politique et du monde du business. Preuve en est, le colonel Mohamed Chafik Mesbah possédait une somptueuse villa dans un quartier paisible et chic de Hydra, la localité prisée par tous les riches et dirigeants algériens. Entre 2007-2008, le colonel Mesbah a revendu sa villa à Amar Saâdani pour plusieurs milliards de centimes. La transaction a été gérée en toute discrétion. Certaines sources parlent d’un prix de… 60 milliards de centimes. D’autres jugent ce montant très exagéré, mais indiquent un montant d’une dizaine de milliards de centimes. Quoi qu’il en soit, cette transaction avait eu lieu très peu de temps après le départ d’Amar Saâdani de la présidence du parlement algérien.  Quant aux circonstances de cette acquisition immobilière, elles sont longtemps restées opaques et méconnues.

En revanche, nous savons que l’ex-président du parlement algérien, Amar Saâdani, a revendu cette villa quelques années plus tard, à savoir en 2016, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. Signalons enfin que le colonel Chafik Mesbah avait également une usine de fabrication des jeans basée également à Alger. Mais cette entreprise n’a pas prospéré longtemps et finit par faire faillite…

LEAVE A REPLY