Documents exclusifs. Air Algérie : une société totalement déficitaire qui offre des avantages sociaux et financiers considérables à ses employés

0
422

Air Algérie est une société qui est déficitaire depuis de longues années. En 2019, son déficit a atteint les 180 millions de dollars. Durant les années précédentes, ce déficit dépassait toujours les 100 millions de dollars. Air Algérie ne survit donc que grâce aux crédits et financements consentis par le Trésor Public. Malgré cela, ses oeuvres sociales engagent des sommes astronomiques qui permettent de financer le train de vie de ses 10 mille employés. 

Algérie Part a obtenu des documents exclusifs au cours de ses investigations qui démontrent l’ampleur des aides financières données par le comité de participation de la compagnie aérienne nationale à ses effectifs. Cet argent est dépensé dans le cadre des oeuvres sociales qui sont un moyen mis à disposition du comité de participation de la société pour aider les employés au quotidien à améliorer leur cadre de vie. Les salariés de l’entreprise peuvent recevoir des chèques cadeaux, chèques vacances, chèques culture, des voyages…

À partir de 20 travailleurs, toute entreprise algérienne doit élire un comité de participation, chargé de représenter les salariés. C’est à travers le comité de participation (CP) que le législateur algérien fait jouer aux salariés un rôle majeur auprès de l’employeur qui doit composer avec cet organe dans la gestion quotidienne. La mise en place de ce comité est conditionnée par un vote en vue de désigner ses membres. Une fois élus, ces derniers se voient confier des fonctions visant à améliorer la prise en compte des intérêts des travailleurs par l’organisme employeur.

A Air Algérie, force est de constater que le comité de participation est monopolisé par des personnalités syndicales sulfureuses impliquées dans des affaires de corruption et réputées pour leur proximité avec Abdelmadjid Sidi-Saïd, l’ex-chef de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et symbole de l’ex-régime vermoulu de Bouteflika. Il s’agit essentiellement de Saïd Tiaouinine, l’un des leaders syndicaux de l’UGTA d’Air Algérie, sur lequel Algérie Part avait publié auparavant des révélations à propos de son trafic troublant qui lui permet de s’enrichir illicitement en profitant des privilèges de ses fonctions à Air Algérie.

C’est ce personnage qui est président du  comité de participation de la compagnie publique (CP) Air Algérie et gère un budget plus de «100 milliards de dinars», à savoir près de 900 millions de dollars ! Le comité de participation d’Air Algérie a subi un blocage de plus de 12 ans jusqu’à son redémarrage officiel au mois de novembre 2016 et il a été ensuite encore une fois « gelé » officiellement par « une décision de justice » rendue par le tribunal de Sidi M’hamed au mois de mars 2017 en raison des élections truquées des membres de ce CP qui ont intronisé ensuite le controversé Saïd Tiaouinine.

Le conflit entre les travailleurs algériens dure depuis 2017, mais la direction générale accorde un traitement de faveur étrange à Said Tiouinine. Un immense argent est donc placé entre les mains d’un homme qui est officiellement placé sous enquête par la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale. Nous y reviendrons dans nos prochaines publications.

En attendant, découvrons ensemble les primes et sommes colossales que doit distribuer aux employés d’Air Algérie leur comité de participation.

Le plan d’action 2017 de la commission des oeuvres sociales d’Algérie a prévu des aides dans le cadre des secours sociaux. Ces aides sont une prime de 120 mille Da pour chaque travailleur retraité en plus du montant mensuel de sa retraite ! 120 mille Da, c’est le salaire mensuel d’un cadre dirigeant d’une entreprise en Algérie. Pour le décès du conjoint de chaque travailleur d’Air Algérie, le CP lui donne une prime de 120 mille DA ! Pourquoi Air Algérie doit supporter et financer cette prime ? Personne ne l’explique ni le justifie.

Une autre aide  de 200 mille Da, soit 20 millions de centimes, est donnée également aux travailleurs retraités et leurs ayants droits victimes d’une maladie. Laquelle ? Maladie bénigne, chronique ? Personne ne le sait aussi ni ne le justifie. Le CP d’Air Algérie parle de « pathologies lourdes » sans fournir aucun détail.

Pour les séjours familiaux des vacances des travailleurs d’Air Algérie, les oeuvres sociales de la compagnie prennent en charge 50 % des frais que les séjours soient en Algérie ou à l’étranger. Air Algérie finance également de nombreux prêts sociaux comme lors de l’acquisition d’un logement AADL où Air Algérie accorde 1,2 million de Da à chaque travailleur d’Air Algérie. Les mêmes prêts sont accordés pour les employés de la compagnie aérienne nationale pour acquérir un terrain, construction individuelle, aménagement d’un domicile. Et lorsqu’un salarié d’Air Algérie se marie, la compagnie lui octroie une aide de 300 mile Da, soit 30 millions de centimes…

Comme Air Algérie ne dégage aucun bénéfice, ces aides sociales sont financées entièrement par des budgets débloqués par le Trésor Public, à savoir de l’argent public pour soutenir et financer le train de vie des employés d’une compagnie qui rapporte aucun bénéfice à l’économie nationale. Une véritable gestion de bazar…

 

LEAVE A REPLY