Les dossiers noirs de l’énergie : les hauts responsables de Sonelgaz cachent à la justice les dessous des 6 marchés avec les Kouninef

0
298

Durant ces 10 dernières années, les frères Kouninef, la puisante et richissime famille composant le coeur battant de l’oligarchie algérienne, ont obtenu 6 marchés stratégiques avec le groupe Sonlegaz et ses filiales. Ces marchés publics onéreux ont été conclus par Sonelgaz et ses filiales avec les entreprises appartenant aux frères Kouninef notamment le groupe familial KOUGC. Mais les dessous de ces marchés et leurs tenants ainsi qu’aboutissants ont été passés sous silence et cachés à la justice algérienne par des lobbys influents du groupe Sonelgaz. 

Début mai 2019, la brigade de recherches de la gendarmerie nationale de Bab jedid à Alger adresse une correspondance à la direction générale du groupe Sonelgaz pour l’instruire de lui communiquer les contrats et détails sur tous les marchés accordés dans le secteur de l’énergie électrique aux entreprises des Frères Kouninef. Cette requête entre dans le cadre des enquêtes préliminaires sur des faits de corruption ouvertes par le parquet du tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Cette requête porte plus exactement sur ces 6 marchés majeurs obtenus par la puissante famille affairiste réputée pour son amitié et liens très solides avec les Bouteflika.

A Sonelgaz, la panique fut générale. Et tous les hauts responsables ont pris peur. Et pour cause, le secteur de l’énergie en Algérie est dominé depuis mai 2017 par les dirigeants issus de Sonelgaz. Mustapha Guitouni fut nommé ministre de l’énergie et le 1er avril 2019, il est remplacé officiellement par l’actuel ministre Mohamed Arkab, lui-aussi un ex-PDG de Sonelgaz.

Auparavant, c’est un autre ancien PDG de Sonelgaz, à savoir Nourredine Bouterfa qui fut du  au 

Mais les anciens dirigeants de Sonelgaz forment un clan solide et surtout solidaire. Le mot d’ordre est clair : si l’un d’entre nous tombe, les autres vont tomber aussi. Il faut donc se protéger tous ensemble. Et la justice algérienne comme les différents services de sécurité se heurtent à la dure loi de l’omerta à chaque fois qu’une enquête est enclenchée à propos d’un scandale ayant ébranlé le secteur de la production et distribution de l’électricité.

Preuve en est, lorsque la requête de la justice algérienne concernant les marchés des frères Kouninef avait atterri à la direction générale de Sonelgaz, un tour de passe-passe du responsable du contentieux du groupe Sonelgaz a empêché toutes les fuites gênantes sur les dossiers des 6 marchés réalisés dans le secteur par les frères Kouninef.

Ce responsable du contentieux a modifié largement le contenu de la correspondance adressée par la brigade de recherches de Bab jedid de la gendarmerie nationale. Et après avoir modifié son contenu, il la transfère aux diverses filiales de Sonelgaz notamment à la Compagnie de l’Engineering de l’Electricité et du Gaz (CEEG), filiale du Groupe Sonelgaz chargée de diriger la mise en place de la réalisation de l’ensemble des projets industriels du secteur notamment la construction des  centrales électriques à travers tout le pays.

Grâce à ce tour de passe-passe, les responsables de Sonelgaz ont pu dissimuler des informations fondamentales et précieuses sur les affaires des frères Kouninef. Il faut savoir que personne n’a intérêt à ce que la justice algérienne découvre la vérité sur la puissante influence et l’emprise des frères Kouninef sur ce secteur. Depuis 2017, sans le parrainage de cette richissime et puissante famille, il est impossible de devenir ministre de l’Energie. Et Mohamed Arkab, l’actuel ministre de l’Energie en sait des choses sur ce précieux parrainage… 

 

LEAVE A REPLY