Exclusif. Plus que trois mois de salaires pour la compagnie Air Algérie qui frôle la faillite

0
173

Air Algérie fait face à de gros problèmes de trésorerie à cause des chamboulements économiques provoqués par la pandémie du coronavirus COVID-19. Ses avions cloués au sol,  son personnel à l’arrêt, les liaisons aériennes suspendues jusqu’à une date qui demeure méconnue, Air Algérie est dans une situation alarmante et hyper-compliquée. 

Une situation qui est en train de mettre en péril sa trésorerie. Oui, à Air Algérie, à cause de cette conjoncture mondiale, il ne reste dans les caisses de la compagnie aérienne nationale que l’équivalent de trois mois de salaires et de charges ! Autrement dit, si cette crise dure encore longtemps, Air Algérie risque tout simplement la cessation d’activité, faute de liquidités. En termes clairs, Air Algérie frôle la faillite car elle est confrontée à des difficultés de trésorerie qu’elle peine à maîtriser. Et pour étudier des solutions urgentes à cette situation très dramatique, le PDG d’Air Algérie Bakhouche Allèche a convoqué deux réunions jeudi dernier.

Une première réunion a regroupé le PDG d’Air Algérie avec les représentants et délégués de tous les syndicats d’Air Algérie. Et la deuxième réunion a été organisée en présence de tous les directeurs centraux et cadres dirigeants d’Air Algérie. Lors de ces deux réunions, le PDG Bakouche Allèche a exposé en toute transparence l’état actuel de la trésorerie de la compagnie aérienne. Et dans ce sillage, il a proposé une seule solution qui lui semble applicable dans ce contexte hyper-difficile : verser uniquement le salaire de base à tous les salariés d’Air Algérie dont le nombre avoisine les 10 mille personnes. La compagnie ne peut pas payer la totalité des salaires de ses employés. Si elle le fait, elle va se retrouver en cessation de paiement en un temps record si la fermeture des liaisons aériennes est prolongée pendant plusieurs semaines encore.

Pour le PDG d’Air Algérie, la seule solution provisoire possible est d’amputer tous les salaires des employés de la compagnie des primes et des heures supplémentaires pour pouvoir tenir encore face aux conséquences désastreuses de la pandémie du coronavirus COVID-19. Le versement des salaires de base doit concerner uniquement pour le moment le mois de mars et d’avril en attendant de voir les perspectives du mois de mai avec l’évolution mondiale de la pandémie.

Selon nos sources, cette proposition émanant du PDG d’Air Algérie a été refusée catégoriquement par certains syndicats de l’entreprise notamment des délégués et représentants des 600 pilotes de la compagnie. Les deux réunions organisées jeudi dernier n’ont pas abouti à une conclusion définitive. Et les pourparlers doivent se poursuivre cette semaine. Il est à signaler que les salaires à Air Algérie représentent une charge très importante. La masse salariale se situe entre 18% et 20% des charges de la compagnie nationale.

 

LEAVE A REPLY