Informations insistantes sur un imminent remaniement au gouvernement algérien

0
272

Un remaniement se dessine au gouvernement algérien. Des informations insistantes soulignent qu’un imminent remaniement ministériel sera décidé dans les jours à venir à Alger pour permettre le remplacement d’un nombre réduit de ministres actuels. Selon nos sources, Abdelmadjid Tebboune désire remplacer avant le début du Ramadhan, à savoir le 24 avril prochain, deux ou trois ministres de l’actuel gouvernement très critiqué pour ses incompétences et incapacités à faire face à la conjoncture très difficile que traverse l’Algérie. 

D’après nos sources, Tebboune désire remplacer le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, avec lequel il entretient des relations très froides depuis son arrivée au Palais Présidentiel d’El-Mouradia. Zeghmati est l’allié du général Wassini Bouazza, l’ex-responsable de la Direction générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) limogé lundi dernier et incarcéré mardi à la prison militaire de Blida. 

Depuis l’arrivée d’Abdelmadjid Tebboune au pouvoir, Belkacem Zeghmati s’est distingué par des comportements très suspects faisant fi des orientations majeures données par le nouveau Chef de l’Etat. Répression tout azimut, procès expéditifs à l’encontre des figures de l’opposition algérienne et du Hirak, Belkacem Zeghmati a développé une doctrine autoritaire qui tranche paradoxalement avec les promesses de dialogue de Tebboune. Plusieurs sources concordantes ont certifié à Algérie Part que l’actuel ministre de la Justice jouissait d’un statut particulier échappant quasiment à l’autorité du nouveau Président de la République en raison de sa forte proximité avec certains décideurs de l’institution militaire comme justement le général Wassini Bouazza. Ce statut de super-ministre qui ne veut pas rendre des comptes et se soumettre au diktat du Palais Présidentiel d’El-Mouradia insupporte Tebboune qui veut en finir une fois pour toute à cette situation en procédant au remplacement de Belkacem Zeghmati.

Cependant, ce mini-remaniement devra concerner d’autres ministres. Mais il s’agit de portefeuilles ministériels mineurs à l’image de quelques secrétaires d’Etat qui devront sauter au regard de leur inefficacité au sein du gouvernement. D’autres sources assurent, au contraire, que d’autres ministères régaliens connaîtront des changements. Il s’agit, en outre, du ministère de l’Energie, Mohamed Arkab dont le bilan médiocre suscite une très vive polémique à la Présidence de la République. Pour l’heure, il faut prendre ces informations avec des pincettes car la situation peut évoluer très rapidement au regard des changements actuels au niveau des rapports de force entre les différents pôles composant le pouvoir algérien. D’ici le début de la semaine prochaine, nous aurons des informations plus au moins précises sur les intentions réelles d’Abdelmadjid Tebboune.  Wait and See…

 

 

 

LEAVE A REPLY