Document. Le ministère de la Santé dénonce les absences injustifiées de certains médecins en pleine épidémie du coronavirus COVID-19

0
232

Les absences injustifiées de certains médecins dans les hôpitaux ou polycliniques publiques au moment où le pays fait face à l’épidémie du coronavirus COVID-19 ont suscité la colère du ministère de la Santé. Le 10 avril dernier, le ministère de la Santé a pondu une instruction portant sur l’organisation des soins dans les établissements de santé publics et privés dans laquelle il dénonce sévèrement ces comportements. 

« Le ministère de la Santé a dénoncé des comportements inacceptables et contraires aux règles d’éthique qui guident la mission noble des personnels de la santé », affirme-t-on dans ce document. Pour le ministère de la Santé, il est intolérable de suspendre les consultations spécialisées, les hospitalisations et explorations des patients souffrant de diverses maladies. Dans ce contexte, le ministère de la Santé a ordonné la continuité des prestations de soins au niveau de toutes les différentes structures de la santé publique en Algérie. Mêmes les cliniques privées n’ont pas le droit de fermer leurs portes et de refouler des patients qui les sollicitent, nous apprend le même document du ministère de la Santé.

Le ministère de la Santé craint que l’interruption de la prise en charge et des soins nécessaires aux pathologies aiguës provoque un autre drame sanitaire qui ferait de nombreuses victimes en Algérie.

D’autre part, le ministère de la Santé a fait savoir que dans le cadre de la lutte contre l’épidémie du coronavirus COVID-19, l’ensemble du personnel médical et paramédical, toutes spécialités confondues, doit être mobilisés pour renforcer les équipes de praticiens spécialistes de pneumologie, d’infectiologie, de médecine interne et de la réanimation qui sont affectés au niveau des services dédiés à la prise en charge des cas souffrant des symptômes du COVID-19.

Le ministère de la Santé a mis en garde enfin contre les dispenses des gardes non justifiées pour certains médecins et infirmiers. Ce phénomène a pénalisé le fonctionnement de plusieurs hôpitaux algériens suscitant la colère de plusieurs médecins qui ont dénoncé ouvertement le comportement indélicat de leurs collègues qui fuient leur responsabilité en pleine crise sanitaire. Signalons en dernier lieu que plusieurs médecins généralistes et des cabinets de médecins spécialistes privés ont cessé leurs activités depuis le début de l’épidémie du coronavirus COVID-19. Ces médecins et praticiens privés ont justifié cette décision par l’absence de moyens de protection qui garantissent la sécurité sanitaire de leurs patients et de leur personne. Mais, les autorités publiques ont réagi sévèrement en menaçant d’ester en justice tout médecin privé, généraliste ou spécialiste, qui refuse de soigner des patients dans le besoin.

 

LEAVE A REPLY