Le nouveau délire des autorités algériennes : le pouvoir veut acheter des équipements sophistiqués permettant de localiser l’origine des publications sur Facebook

0
451

Un délire dangereux. Le pouvoir algérien perd le sens de la réalité. En pleine pandémie mondiale du coronavirus COVID-19 qui fait chaque jour des morts en Algérie et partout dans le monde, les autorités algériennes veulent acheter, en devises, de nouveaux équipements pour localiser l’origine des publications critiques à l’égard du régime algérien sur Facebook ! 

Non, ce n’est pas une blague. C’est le porte-parole de la Présidence de la République, Belaïd Mohand Oussaïd, qui a fait cette annonce rocambolesque ce vendredi lors d’une émission bimensuelle « A cœur ouvert » (Bi Qualb Meftouh) diffusée sur la Télévision publique (ENTV). Selon ce porte-parole officiel de la Présidence algérienne, les autorités algériennes veulent lancer un plan d’action contre, ce qu’il qualifie, d »attaques » contre l’Algérie à travers des publications hostiles et critiques publiées sur Facebook.

« 70% des publications sur l’Algérie postées sur Facebook n’ont rien avoir avec l’Algérie », a estimé Belaid Mohand sans citer la référence exacte et précise de ces statistiques étonnantes et absurdes. Et c’est dans ce sillage qu’il a annoncé que l’Etat algérien a noué des contacts en cours pour « l’obtention d’équipements sophistiqués permettant de localiser l’origine de ces publications ». La priorité actuelle du régime algérien est donc de localiser les facebookers qui le critiquent et dénoncent ses lacunes. Inédit. Et ces équipements sont bien sûr importés de l’étranger en devises. De l’argent public dépensé et consacré pour réprimer des libertés publiques.

Belaid Mohand a évoqué également l' »attaque » ciblant l’Algérie lancée par des « parties qui usent de tous les moyens pour s’attaquer à l’Algérie en abordant, dans un passé proche, le Hirak populaire, la crise du Covid-19 actuellement et bien d’autres choses à l’avenir », affirmant l’existence de « laboratoires étrangers ayant des comptes à régler avec l’Algérie qui distillent de fausses informations » sur les réseaux sociaux.

Le traditionnel argument de « la main étrangère » est de retour ! Le discours du porte-parole officiel de la Présidence algérienne annonce des horizons peu enchanteurs pour la liberté d’expression et les libertés individuelles en Algérie. Le pouvoir algérien profite largement de l’épidémie du coronavirus COVID-19 afin d’étouffer les voix discordantes et critiques. Le message est clair : plus aucune tolérance à l’égard de ceux et celles qui osent remettre en cause la légitimité et l’efficacité de notre pouvoir. Bienvenus à vous tous dans cette « Nouvelle Algérie ».

LEAVE A REPLY