Un expert algérien explique les bons gestes à faire avec ses courses pour se protéger du covid-19

0
256

Karim Bouchareb, Dr Vétérinaire, spécialiste de la sécurité alimentaire et détenteur du prix de l’innovation lors du SIAL – PARIS (salon international de l’alimentation), suite à ses travaux de mise au point d’alicaments obtenus à partir d’algues marines, communique aux lecteurs d’Algérie Part, les réflexes à adopter concernant le stockage et la préparation à domicile des denrées alimentaires, dans un contexte à risque en lien notamment avec le Covid-19 (Corona Virus).

 

Les dernières observations du monde médical en Chine, puis en occident désormais, ou la pandémie Covid-19 s’est répandue massivement, indiquent à ce stade des connaissances deux principaux modes de contamination du virus, l’un direct et l’autre indirect. Pour une meilleure compréhension, nous pourrions aussi parler de contamination manuportée (mains contaminées et contaminantes) et de contaminations aéroportées (toux, éternuements, postillons, crachats…).

 

Ainsi, tout porterait à croire que la transmission du Covid-19 se fasse essentiellement par voie respiratoire ou par les muqueuses, la bouche, le nez et les yeux étants des portes d’entrée avérées du virus. Cependant, la contamination par voie digestive n’a pas été démontrée à ce jour.

Le Covid-19, virus appartenant à la famille des Coronavirus, est un virus nouveau et totalement méconnu des Virologues et autres spécialistes du monde médical. C’est pourquoi la recherche scientifique avance à petits pas, notamment pour comprendre les modes de transmission de ce virus.

 

L’alimentation pourrait-elle être un vecteur de contamination ?

Rien ne le prouve à ce jour, mais la prudence appelle à l’application du principe de précaution. Ainsi, nous devrions tous, respecter certaines mesures de bon sens au quotidien.

 

Eviter d’introduire le virus chez soi, commencera nécessairement par l’adoption de reflexes dès le franchissement du seuil de son domicile.

Déposer à l’entrée de son logement, ses clés, son argent, son sac à main, son cartable, son portable, ses sacs de courses. Retirer ses chaussures, puis aller se laver les mains au savon.

Retirer ses courses des sacs qui resteront au niveau de la porte d’entrée. Retirer ensuite les emballages et suremballages des produits alimentaires lorsque cela est possible. Les produits alimentaires seront ensuite rapportés dans la cuisine en prévision de leur triage et stockage. Cependant, avant de trier, une légère asepsie pourrait rassurer les plus angoissés par le Covid-19.

A titre d’exemple, des produits tels que les bouteilles, les conserves et les yaourts notamment, pourront être nettoyés avec un chiffon propre ou du papier essuie-tout imbibé d’alcool à 70°.

L’utilisation d’eau de javel est peu recommandée car trop caustique et oxydant. Le vinaigre d’alcool lui est à proscrire car inactif sur les virus.

 

Pour conclure sur l’hygiène, le mode opérationnel à adopter dans une cuisine devrait s’inspirer de celui mis en pratique par l’industrie agroalimentaire. Ainsi, 5 paramètres doivent être respectés, les 5 M pour : Méthode (de travail), Milieu (espace de travail), Matériel (de cuisine), Main d’oeuvre et Matière première. Il suffit d’une défaillance au niveau d’un « M » pour contaminer un plat ou un déssert. Une ménagère qui se serait parfaitement lavée les mains avant de préparer le repas, pourrait en ouvrant un tiroir de sa cuisine déjà infecté, contaminer sa préparation culinaire.

Les poignées de portes, les interrupteurs, la robinetterie, ainsi que tous les outils de communications qui passent de mains en mains (téléphones, télécommande, ordinateurs, …), devront soigneusement être désinfectés systématiquement.

 

Questions et réponses?

 

1- Dois-je laver mes fruits et légumes avec de l’eau contenant de l’eau de javel ?

Non, bien laver les fruits et les légumes avec une eau claire (chaude pour plus d’efficacité),

puis les essuyer avec du papier essuie-tout ou une serviette à usage unique, suffirait en l’état

    des connaissances actuelles.

 

2- Faut-il laisser ses courses au soleil, à l’exception des produits frais et surgelés avant de les ranger dans sa cuisine ?

    Le Covid-19 était encore inconnu il y a 6 mois. Aujourd’hui, nous en savons très peu sur la capacité de ce virus à résister ou non aux UV du soleil. Cependant, il est connu que le  rayonnement du soleil est le principal germicide de l’environnement. A titre d’exemple, les virus de la famille des Filoviridae (Ebola) sont considérés comme relativement sensibles aux UVC, mais rien ne prouve que ce soit le cas pour le Covid-19.

Bien entendu, celles et ceux qui peuvent laisser leurs courses (épicerie) 3 à 4heures au soleil, peuvent le faire.

 

3- Faut-il ranger son pain au congélateur pour inactiver le Covid-19 ?

    Non, il faut savoir que ni le froid positif, ni le froid négatif, n’ont un quelconque pouvoir virucide (inactivation du virus). Certains virus ont été conservés dans les glaciers des centaines de  milliers d’années. Il faut au contraire opter pour un traitement thermique. En mettant votre pain au four 4 minutes à au moins 63°, le pouvoir contaminant du virus serait divisé par 10 000.

 

4- Existe-t-il un risque de contamination au Covid-19 après consommation d’une viande provenant d’un animal  potentiellement malade ?

    Rien, en l’état actuel des connaissances du monde médical, n’indique que ce mode de contamination soit envisageable. Néanmoins, la contamination d’une viande après cuisson par un cuisinier  déjà malade, reste plausible. Se poserait alors la question de la capacité de résistance du virus dans l’organisme humain au cours de la digestion.

 

En conclusion : La meilleure façon de se protéger du Covid-19 est d’éviter au maximum les contacts avec l’extérieur. Il faut se nourrir bien sûr et cela nécessite de sortir pour faire ses courses au risque de revenir chez soi avec le virus. Pour éviter cela, il faudrait idéalement porter un masque et des gants (j’ai évoqué les contaminations aéroportées et manuportées). Il est par ailleurs impératif de respecter un périmètre de sécurité de 2 mètres environ autour de soi, pour éviter de recevoir d’éventuels projections de salives expulsées par le mouchage,  l’éternuement ou la toux. Il faut également éviter de porter ses mains vers les portes d’entrées du virus, à savoir, la bouche, les yeux et le nez. Enfin, il est nécessaire de se laver les mains aussi souvent que possible avec un savon solide plutôt qu’avec un savon en gel.

N’oubliez pas également de nettoyer régulièrement vos objets du quotidien tels que portable, tablette, lunettes, clés, ect.

 

    Ne sous-estimez pas les touts petits adversaires : Un lion se voit, pas un virus.

 

 

                                                                                             

                                                                            Dr Vétérinaire Karim Bouchareb

                                                                            Consultant en sécurité alimentaire.

 

 

LEAVE A REPLY