« Le désert Algérien », un lieu de torture : la piètre image donnée à l’Algérie par la célèbre série Casa De Papel

0
518

Netflix a dévoilé ce 3 avril la quatrième saison de sa série phare « La Casa de Papel ».  Une saison composée de huit épisodes qui était évidemment très attendue par tous les fans du Professeur, de Tokyo et des autres, des personnages devenus célèbres dans le monde entier en raison du succès planétaire de cette série de suspense qui met en scène un génie du crime dirigeant un groupe pour manipuler la police et mettre son plan à exécution.

A la surprise générale, l’Algérie figure dans cette 4e saison de cette série diffusée et produite par Netflix. En effet, lors du 7e épisode, l’Algérie est citée et l’un des personnages de la bande de braqueurs de la célèbre série espagnole se déplace même dans les environs de Timimoun, dans le sud du pays. Oui, vous l’aurez compris : c’est le désert algérien qui a servi de décor pour une scène centrale de la 4e saison de la Casa de Papel. Or, dans cette scène, le désert algérien n’est pas cité pour la beauté enchanteresse de ses panoramas à couper le souffle. Non, le désert algérien est un lieu de « torture » dans la série de la Casa de Papel.

Rio, l’un des membres de la bande des braqueurs dirigée et entraînée par le très intelligent et rusé le Professeur, a été kidnappé par les services secrets espagnols qui vont le détenir en toute illégalité sans informer la justice espagnole. Rio sera brutalisé et terriblement torturé. Et c’est dans le sud algérien que ses bourreaux vont lui infliger les pires sévices. Oui, c’est dans les environs de Timimoun que le « sympathique » et « gentil » Rio sera enterré vivant dans une tombe qu’il creusera lui-même sous les yeux de ses tortionnaires. Un châtiment inhumain.

Le désert algérien, un lieu de torture. La voici l’image que véhicule Casa de Papel de l’Algérie. Dans la série, un haut gradé des services secrets espagnols reconnaît que ce « lieu de torture » est méconnu du monde entier et « même les services secrets algériens ne savent pas où il se trouve ». Il convient de noter que les services secrets algériens ne sont pas caricaturés ni représentés dans la « Casa de Papel ». Ils sont uniquement cités sans les impliquer directement dans l’intrigue car le tortionnaire qui a infligé le châtiment de l’enterrement est présenté dans la série comme un truc appelé « Osman ».

Le Professeur va envoyer l’un de ses collaborateurs à Timimoun pour retrouver le « trou » qui avait servi de tombe d’enterrement aux services secrets espagnols pour torturer « Rio ». Avec l’aide de guides et hommes originaires de la région, qualifiés de « berbères » dans la série, le collaborateur du Professeur va retrouver cette tombe factice pour y recueillir toutes les preuves nécessaires à la médiatisation dans le monde entier de ces scandaleuses pratiques de torture.

Il parait clairement que l’Algérie ne peut tirer aucune gloire de ce 7e épisode de la série « Casa de Papel ». Servir de décor pour abriter d’atroces séances de torture, il n’y a vraiment pas de quoi être… fier. Et cette sinistre représentation en dit long sur l’image que dégage l’Algérie à l’étranger notamment auprès des artistes et créateurs de contenus qui font le buzz partout à travers le monde.

Rappelons enfin que Casa de Papel crève les écrans partout dans le monde. La dernière saison, la 3e plus exactement, avait totalisé une audience de 40,7 millions de foyers en… quatre jours. Une chose est enfin sûre, beaucoup de personnes à travers le monde entendront parler de Timimoun et du désert algérien.

LEAVE A REPLY