Les détenus d’opinion et les activistes du Hirak ne sont pas concernés par la grâce présidentielle de Tebboune

0
248

Mauvaise nouvelle pour les détenus d’opinion et les activistes du Hirak qui sont encore incarcérés dans les prisons algériennes. La grâce présidentielle décidée aujourd’hui par le Président Abdelmadjid Tebboune ne les concernent pas pour plusieurs considérations judiciaires. 

D’abord, ces détenus sont pour la majorité d’entre-eux incarcérés dans le cadre de la détention préventive, mandat de dépôt, et n’ont pas été encore jugés. Et la grâce annoncée par le Palais Présidentiel d’El-Mouradia concerne uniquement les détenus condamnés. Khaled Drareni, Samir Belarbi, Toufik Hassani, Rachid Nekkaz, Ali Ghediri, et les centaines d’autres détenus d’opinion algériens n’ont pas été jugés et leurs procès n’ont même pas été programmés. Certains de ces détenus doivent être jugés pour la deuxième fois comme Samir Belarbi et Toufik Hassani qui ont été remis en liberté une première fois avant d’être incarcérés une nouvelle fois le 10 et 13 mars derniers.

D’autres détenus comme l’activiste originaire de Bordj Bou Arreridj Laalami Chems Eddine doivent comparaître dans d’autres affaires qui seront traités prochainement dans d’autres procès. D’ailleurs, à ce titre, il convient de souligner qu’un procès en appel attend le détenu Laalami Chems Eddine dit Brahim le 22 avril prochain.

Concernant enfin Karim Tabbou, l’un des rares détenus politiques condamnés par la justice algérienne, plusieurs sources judiciaires ont affirmé à Algérie Part qu’il n’est pas concerné par cette grâce présidentielle parce qu’il a déposé un recours contre le verdict prononcé à son encontre le 24 mars dernier par la Cour d’Alger qui a prolongé son emprisonnement de 6 mois supplémentaires. Karim Tabbou devra donc attendre les résultats de son recours qui doit être probablement étudié par la Cour Suprême.

La grâce présidentielle de ce mercredi 1er avril n’est donc pas une délivrance pour les « prisonniers du Hirak ». Elle ne concerne que les détenus de droit commun.

Rappelons enfin qu’Abdelmadjid Tebboune a signé, mercredi, un décret présidentiel portant des mesures de grâce au profit d’un groupe de 5037 détenus, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République. « Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a signé, mercredi 01 avril 2020, un décret présidentiel portant des mesures de grâce au profit de 5037 détenues », lit-on dans le communiqué de la Présidence.

LEAVE A REPLY