Coronavirus : à Blida, plusieurs morts suspects n’ont pas été dépistés et plus de 100 cas suspects recensés par les médecins du CHU de Frantz Fanon

0
377

La situation réelle de la pandémie du coronavirus est beaucoup plus compliquée que le laisse croire les bilans officieux du ministère de la Santé. Les chiffres officiels sont décriés par de nombreux médecins mobilisés dans les services infectiologies, pneumologie ou de réanimation des hôpitaux de la wilaya de Blida, la région la plus touchée par cette pandémie du COVID-19. 

« Le ministère de la Santé se moque de nous. Les résultats de dépistage tardent énormément et plusieurs cas suspects présentant les symptômes les plus graves du coronavirus décèdent alors qu’ils n’ont même pas été encore dépistés faute de kits de dépistage en quantité importante. Cette situation est intenable », tonne un médecin mobilisé depuis plusieurs jours à l’hôpital Frantz Fanon de Blida dont les services sont totalement dépassés par la forte affluence quotidienne de malade souffrant de plusieurs syndromes grippaux.

Des sources médicales contactées par Algérie Part ont confié qu’au moins 6 morts ont été déplorés hier mercredi à l’hôpital Frantz Fanon. Les personnes décédées sont des personnes âgées ayant souffrent de fortes grippes avec des symptômes totalement similaires aux symptômes du COVID-19. « Mais personne n’a voulu nous fournir les kits de dépistage pour pouvoir les dépister lorsque nous avons procédé à leur hospitalisation », déplore une médecin du CHU Frantz Fanon. Par ailleurs, plusieurs autres morts ont été enregistrés dans les établissements de Boufarik et l’EPH de Blida. Des personnes gravement malades présentant également tous les symptômes du COVID-19 qui n’ont, malheureusement, pas été dépistées.

Parmi ces personnes décédées, nous comptons deux ambulanciers, à savoir Faycal Belhadi originaire de Blida et Djamel Talhi qui travaille à l’EPH de Boufarik. Le décès de ces deux ambulanciers a suscité une vive émotion au sein du personnel hospitalier de la wilaya de Blida d’autant plus que le ministère de la Santé n’a absolument pas commenté cette nouvelle sinistre et les familles des personnes décédées ne savent mêmes si leurs parents sont morts réellement du COVID-19 faute de résultats de dépistage.

En parallèle, plus de 100 patients ont passé des examens de scanner thoracique au CHU Frantz Fanon à Blida. Tous ces patients ont présenté les symptômes d’une pneumopathie infectieuse atypique virale. Et de l’aveu même des médecins spécialistes du CHU Frantz Fanon, la majorité de ces patients sont potentiellement contaminés au coronavirus. Mais comment le vérifier officiellement en l’absence d’un véritable dispositif de dépistage ? Face à cette question qui demeure sans réponses à cause des défaillances terrifiantes du ministère de la Santé, les médecins des hôpitaux de Blida sont contraints de « pratiquer une médecine de guerre » face à cette pandémie du coronavirus.

LEAVE A REPLY