Comment la Turquie a conclu un accord avec l’Algérie pour prendre entièrement en charge les ressortissants algériens bloqués à Istanbul

0
296

Ce fut un long feuilleton au bout duquel les 1200 voyageurs algériens bloqués pendant 9 jours  à la zone d’embarquement de l’aéroport international d’Istanbul ont célébré une véritable délivrance. Les autorités turques ont convenu d’un accord avec les autorités algériennes pour assurer la prise en charge totale de ces ressortissants algériens qui ne peuvent pas encore entrer dans leur pays natal faute d’avions qui peuvent les transporter. 

Dans ce contexte, et face à un véritable drame humanitaire, la diplomatie algérienne a négocié un accord avec la Turquie. Les négociations ont duré plusieurs jours et furent ardues. Côté algérien, les négociations ont été menées essentiellement par Abdelghani Amara, le consul général de l’Algérie à Istanbul. Coté turc, c’est le maire d’Istanbul qui a longuement échangé et discuté avec le consul algérien pour identifier des solutions à la situation très complexe des ressortissants algériens.

Lors du premier round de ces négociations, les autorités turques ont demandé à l’Etat algérien de prendre en charge la totalité des frais de l’hébergement des voyageurs algériens bloqués à l’aéroport d’Istanbul. Mais l’Algérie a refusé. Le Consul algérien à Istanbul ne recevra d’Alger qu’un petit budget pour financer la fourniture de nourriture et de médicaments pour les 1200 ressortissants algériens retenus à l’aéroport d’Istanbul.

Le blocage va durer encore plusieurs jours et au final, des accords diplomatiques de coopération entre l’Algérie et la Turquie ont été actionnés pour mettre fin au cauchemar des 1200 voyageurs algériens. La Turquie accepte de les héberger et de les nourrir pendant une période de confinement de 14 jours. Les voyageurs algériens ont été transférés ce jeudi matin vers des résidences universitaires situées à Karabuk, une ville située à plus de 300 KM d’Istanbul.

En contrepartie, l’Algérie s’est engagé à financer la mise en place d’un pont aérien pour rapatrier ses ressortissants au bout de la période de confinement. Ce jeudi soir, les voyageurs algériens ne dormiront pas par terre ni sur les bancs d’un aéroport. Ils pourront enfin prendre leur mal en patience en toute dignité avant de revenir en Algérie.

 

 

LEAVE A REPLY