Documents exclusifs. Comment les filles du général Belkecir ont acheté un appartement à plus de 1,5 million d’euros au très chic 16e arrondissement de Paris

0
592

Algérie Part a obtenu au cours de ses investigations des documents exclusifs qui démontrent que les filles du général Ghali Belkecir, l’ancien commandant de la gendarmerie nationale algérienne de juillet 2018 à fin juillet 2019, ont acquis un appartement dans le très chic quartier parisien du 16e arrondissement pour l’équivalent de 1,5 million d’euros. 

Comme le démontrent les documents officiels français en notre possession, il s’agit d’un appartement situé au 15 avenue Mozart, une rue commerçante et animée, bordée de platanes sur ses deux côtés, abritant de nombreuses boutiques. Il s’agit de l’une des rues les plus prisées du très chic 16e arrondissement à Paris, l’une des zones les plus huppées de la capitale française.

Par ailleurs, cet apparement a été acheté par les filles du général Belkecir, à savoir Wafa Ines et Lamis Manal. La première des filles de l’ancien patron de la gendarmerie nationale est âgée de 28 ans et la deuxième d’à peine 23 ans. A cet âge-là, ils sont devenus propriétaires d’un appartement dont le coût est d’au moins 1,5 million d’euros. Et pour cause, il faut savoir que le mètre carré de standing s’y négocie de 12.000 à 13.000 euros au 16e arrondissement. Selon nos investigations, pour acquérir ce bien immobilier, les filles du général Belkecir ont créé la SCI MIMOSA à la fin du mois de  septembre 2019, à savoir après le départ de leur père du commandement de la gendarmerie nationale à la fin du mois de juillet 2019.

Il faut savoir qu’une société civile immobilière (SCI) est, dans le droit français, une entité familiale qui permet aux membres d’une même famille d’être propriétaires, dans des proportions différentes ou pas, et de gérer ensemble, un ou plusieurs biens immobiliers, et ce, dans un but non commercial.

Une SCI permet à des membres d’une même famille, qui le souhaitent, d’apporter une quote-part d’un immeuble qu’ils possèdent et c’est alors la société qui en devient le propriétaire, chaque apporteur récupérant en contrepartie des parts sociales correspondant à son apport. Les SCI sont réglementées par les dispositions communes à toutes les sociétés, fixées par les articles 1832 et suivants du code civil, ainsi que par les articles 1845 et suivants.

Dans le cas de la SCI MIMOSA des Belkecir, les filles du général algérien ont pris comme associées d’autres cousines et membres de leur famille. Cette acquisition immobilière très onéreuse démontrent que le général Ghali Belkecir et son épouse, Fatiha Boukhers, l’ex-présidente de la Cour de Tipaza, ont amassé une colossale fortune qui leur permet de financer l’achat des appartements de leurs filles âgées à peine de 28 et 23 ans. De l’argent qui a été donc gagné et transféré de manière totalement illicite depuis l’Algérie vers l’Europe notamment la France afin de les blanchir dans des acquisitions immobilières. Comment un simple patron de la gendarmerie algérienne et une magistrate peuvent-ils offrir à leurs enfants un appartement à 1,5 million d’euros ?! Nous sommes tout bonnement face à un scandale de corruption et de détournement de deniers publics qui a permis l’enrichissement illicite de la famille du général Ghali Belkecir, en fuite en ce moment en Espagne.

Il est à souligner enfin que ces acquisitions immobilières douteuses sont totalement interdites par la législation algérienne. Ce qui est formellement interdit par l’article 8 du règlement de la Banque d’Algérie numéro 07-01. Cet article précise clairement que « Hormis les cas expressément prévus par l’article 126 de l’ordonnance n°03- 11 du 26 août 2003, susvisée, la constitution d’avoirs monétaires, financiers et immobiliers à l’étranger par les résidents à partir de leurs activités en Algérie est interdite ».

LEAVE A REPLY