Exclusif. Le ministère de la Santé a commencé les négociations avec Sanofi et Hikma pour lancer la production et l’importation des médicaments nécessaires à un traitement expérimental contre le COVID-19

0
543

Le ministère de la Santé algérien sort enfin de sa torpeur et entame les négociations avec deux groupes pharmaceutiques, le français Sanofi et le jordanien, pour commander des quantités de médicaments fabriqués à partir de la fameuse chloroquine qui donne un grand espoir à la communauté scientifique internationale afin de soigner les patients souffrant du COVID-19. 

Algérie Part a appris au cours de ses investigations que le ministère de la santé algérien a pris attache avec le groupe pharmaceutique français Sanofi pour lui commander plus de 200 mille boites de Plaquenil, un médicament utilisé dans la lutte contre le paludisme fabriqué par le groupe français et qui suscite en ce moment un énorme engouement dans le monde en raison de son efficacité testée sur les cas les plus graves du COVID-19.

Ce médicament à base d’hydroxychloroquine a été testé à Marseille, sur une vingtaine de patients, avec des résultats « assez encourageants », s’est félicité Olivier Bogillot président de Sanofi France. Il faut préciser que des tests plus vastes vont donc être menés sur des patients souffrant du nouveau coronavirus en utilisant le Plaquenil. « On devrait avoir d’ici quelques semaines des résultats sur l’efficacité du traitement », explique à ce sujet Sanofi France.

Selon nos investigations, Sanofi va bénéficier de la part des autorités algérienne une autorisation pour importer 200 mille boites de Plaquenil qui seront commercialisées en Algérie. Le groupe français s’est engagé, par ailleurs, assurent nos sources, à fournir gratuitement à l’Algérie au moins 70 mille boites de ce médicament en plus de la quantité qui sera commercialisée au profit des patients Algériens.

D’autre part, le ministère de la Santé algérien a entamé des négociations avec le laboratoire pharmaceutique jordanien Hikma pour lancer la production en Algérie de l’hydroxychloroquine, un antipaludique utilisé par voie orale, vendu sous les noms commerciaux Plaquenil, Axemal, Dolquine et Quensyl. Hikma dispose de 4 usines de production en Algérie et peut facilement produire de grosses quantités de lhydroxychloroquine.

Un autre laboratoire algérien a été sélectionné pour ses capacités de fabriquer un médicament générique à partir de la substance active du Plaquenil. Ce médicament s’appelle XARIA et son concepteur est le laboratoire privé algérien CPCM Pharma.

Avec ces trois fournisseurs, le ministère de la Santé espère pouvoir profiter des bienfaits thérapeutiques de la chloroquine contre le COVID-19. Mais pour cela, il faut que les tests scientifiques menés en ce moment en Europe et aux Etats-Unis démontrent définitivement l’efficacité de ces traitements contre la pandémie du COVID-19. Croisons les doigts…

LEAVE A REPLY