6 jours abandonnés à l’aéroport d’Istanbul sans aucune prise en charge : le calvaire inouï de plusieurs centaines de voyageurs algériens en Turquie

0
402

Plusieurs centaines de voyageurs algériens vivent un véritable calvaire à l’aéroport d’Istanbul en Turquie. Pour la 6 nuit consécutive, ces ressortissants vont devoir dormir sur les bancs de l’aéroport d’Istanbul car ils demeurent bloqués dans la zone d’embarquement et aucun avion ne peut les rapatrier en Algérie. 

Privés de nourritures, d’argent et de vêtements, ces voyageurs algériens sont livrés à eux-mêmes et les autorités turques se montrent de plus en plus brutales allant jusqu’à matraquer les ressortissants algériens qui protestent contre les conditions de leur enfermement à l’aéroport d’Istanbul alors que les accès de cet aéroport international ont été totalement fermés par les autorités turques pour se protéger contre les effets dangereux de la propagation du coronavirus.

Le calvaire a de ces voyageurs a commencé il y a de cela maintenant près d’une semaine lorsque l’Algérie a refusé de donner les autorisations nécessaires au survol des appareils de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines à la suite de la décision prise par la Présidence algérienne de procéder à la fermeture des frontières et de l’espace aérienne. Par conséquent, les vols du 17, 18 et 19 mars derniers de la Turkish Airlines ont été annulés et tous les passagers de ces vols ont été bloqués à l’aéroport d’Istanbul. A ces vols, il faut rajouter 4 vols de la compagnie Air Algérie qui ont été également supprimés. Les conséquences furent désastreuses puisque pas moins de 1500 passagers algériens se retrouvent privés de la possibilité de rentrer chez-eux.

La confusion va durer jusqu’au 21 mars dernier, une partie de ces passagers a pu être rapatriée grâce à trois avions d’Air Algérie qui ont rallié Istanbul pour repartir vers l’aéroport international d’Alger. Or, le 4e vol qui était programmé pour compléter le programme de rapatriement des ressortissants algériens a été encore une fois annulé alors que les autres trois vols que devait assurer la Turkish Airlines n’ont pas été mis en place faute d’autorisation pour survoler l’espace aérien algérien. Plusieurs centaines de passagers algériens sont donc restés bloqués jusqu’à ce lundi 23 mars. Le consul algérien en place à Istanbul s’est déplacé hier dimanche à l’aéroport d’Istanbul pour rencontrer les voyageurs algériens en leur promettant des hébergements dans des hôtels si aucun avion n’atterrit dans les 24 heures à l’aéroport d’Istanbul pour les rapatrier.

Aujourd’hui lundi, le consul d’Algérie à Istanbul n’a pas honoré sa promesse et aucun avion n’a fait son apparition pour les ramener vers leur pays natal. Pour la 6e nuit consécutive, les voyageurs algériens seront livrés à leur triste sort sans aucune assistance.

La situation devient, d’ailleurs, de plus en plus problématique dans la mesure où les magasins de l’aéroport ferment leur portent à leur tour.Certains voyageurs  algériens impatients et épuisés, s’affrontent avec la police qui a recouru à la répression pour les disperser. Mais, selon des médias trucs, la police turque ne peut pas et ne veut pas expulser les personnes de l’aéroport.

Selon plusieurs sources médiatiques turques, quelques algériens ont attaqué des magasins qui ont dû fermer. Actuellement, le calme est revenu avec l’arrivée de la police anti-émeute. D’après des témoins oculaires cités par des médias turcs, les ressortissants algériens espèrent faire réagir l’Algérie en agissant de sorte.

Les autorités turques ont apporté des couvertures et des sandwichs. D’autres associations humanitaires font les démarches pour apporter plus d’aides. Cependant, la propagation du coronavirus complique la tâche dans la mesure où les bénévoles doivent êtres équipés pour pouvoir apporter l’aide d’autant plus que les voyageurs Algériens sont exposés fortement à un risque de contamination au COVID-19.

LEAVE A REPLY