Traitement contre le COVID-19 : le Maroc achète des quantités importantes de chloroquine. L’Algérie ne prend aucune précaution !

0
568

Le paradoxe est étrange et soulève de nombreuses interrogations. Le Maroc vient d’acheter des quantités importantes de stocks de Nivaquine, un médicament antipaludéen produit à base de chloriquine par le groupe français Sanofi. Il s’agit d’une mesure qui a été prise en urgence par le gouvernement marocain dans le cadre des soins qui seront en train d’être testés contre le nouveau coronavirus COVID-19. Et en Algérie, le gouvernement n’a annoncé aucune action pour se doter de ce médicament qui commence à donner de l’espoir à toute la communauté internationale. 

Il faut savoir que la chloroquine est un médicament utilisé pour lutter contre le paludisme depuis plus de 70 ans. Il y a un mois, un pôle de recherche de Marseille en France a eu l’idée de faire des tests sur des patients atteints de coronavirus. Le professeur Raoult, de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, assure que son utilisation est spectaculaire: le coronavirus a disparu en six jours des trois quarts des patients. Jugés suffisamment concluants par le gouvernement français, ces tests ont été intégrés au programme d’études européen Discovery qui commence aujourd’hui dimanche.

Et même si ce médicament est encore à l’essai, le Maroc a préféré anticipé les évènements et acquérir au laboratoire français Sanofi l’ensemble du stock de Nivaquine, un médicament à base de chloroquine, produit dans ses usines de Casablanca. Dès mercredi dernier, le Premier ministre marocain sur son compte Twitter affirmait que tous les malades du Covid-19 seraient traités au Plaquenil, médicament lui aussi à base de chloroquine.

LEAVE A REPLY