Confidentiel. Plusieurs cas suspects au ministère de la Santé et des hauts responsables soumis à des tests de dépistage au coronavirus

0
309

La pandémie du coronavirus a pénétré l’enceinte même du ministère de la Santé en Algérie. Des cas suspects ont été déclarés au siège du ministère de la Santé à Alger et des hauts responsables de ce ministère ont été soumis à un test de dépistage pour s’assurer qu’ils ne sont des porteurs de ce nouveau coronavirus qui fait des ravages dans le monde entier. 

Algérie Part a appris au cours de ses investigations que Mohamed El Hadj, directeur général des services de la Santé, l’un des collaborateurs les plus proches du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a été soumis à un test de dépistage au coronavirus après avoir souffert de syndromes grippaux similaires aux symptômes du COVID-19. Nous ignorons, pour le moment, les résultats du test de dépistage de ce haut responsable du ministère de la santé. Mais certaines sources officieuses confirment qu’il a été déclaré positif au coronavirus. Ceci dit, aucune source officielle ou autorisée n’a voulu commenter cette information.

D’autre part, le sous-directeur des urgences au ministère de la Santé, le docteur Ould Cherchali, a été lui-aussi soumis à un test de dépistage au coronavirus. Il s’agit d’un autre cas suspect. Selon nos sources, deux deux hauts responsables du ministère de la Santé reçoivent beaucoup de visiteurs de l’extérieur et organisent de nombreuses rencontres. Ils auraient été contaminés dans ce contexte. Nous avons tenté de joindre le ministère de la Santé pour obtenir des éclaircissements, mais malheureusement, nos tentatives n’ont pas abouti et se heurtent au silence de la « citadelle » du ministère de la Santé. Soulignons enfin que plusieurs sources concordantes ont assuré à Algérie Part l’existence de plusieurs autres cas suspects au ministère de la Santé. Un vent de panique s’est, d’ailleurs, emparé de cette institution du gouvernement. « Même au ministère de la Santé, on ne respecte pas vigoureusement les mesures de prévention et on ne prend pas suffisamment les précautions nécessaires », regrette enfin une source qui travaille au siège de ce ministère à Alger.

 

LEAVE A REPLY