Pourquoi l’armée algérienne doit intervenir face à la pandémie du COVID-19 pour corriger les incompétences du ministère de la Santé

0
278

Le constat est alarmant, mais d’une clarté limpide : les autorités du ministère de la Santé algérien ne peuvent absolument rien faire face à la Pandémie du COVID-19. Capacités de dépistage très médiocres, absence totale des enquêtes épidémiologiques, manque flagrante de réactivité, manque total de transparence autour des démarches accomplies réellement sur le terrain, incapacité à mettre en place un dispositif sanitaire de prévention efficace, bref, le ministère de la Santé algérien est incapable de fournir la moindre réponse efficace à la pandémie du coronavirus. Et pendant ce temps-là, l’Algérie pleure ses morts, au moins 12 décès et enregistre plus de 92 cas contaminés. Et encore ces chiffres ne traduisent pas la véritable réalité du terrain. 

Premier pays africain meurtri et touché par cette pandémie, l’Algérie a besoin en toute urgence d’une nouvelle organisation et d’une nouvelle stratégie sanitaire. Celle-ci doit être confiée au haut commandement de l’Armée nationale et populaire (ANP) qui pourrait intervenir sur le terrain pour corriger les incompétences flagrantes du ministère de la Santé.

Pour ce faire, il faut décréter l’Etat d’urgence sanitaire pour permettre à l’ANP de reprendre le contrôle. Que doit faire ensuite l’armée ? Installer rapidement un hôpital de campagne équipé de lits de réanimation et géré par des médecins militaires rodés à la gestion de crise pour abriter les cas les plus graves et les mettre à l’isolement. Ve hôpital de campagne doit être installée dans la wilaya de Blida, le premier foyer de la pandémie en Algérie.

L’armée algérienne pourrait utiliser tous ses laboratoires et épauler l’institut Pasteur dans sa mission « solitaire » de dépistage des cas suspects. Le renforcement des capacités du dépistage permettrait à l’Algérie de ralentir un tant soit peu la pandémie et d’épargner la mort aux patients les plus touchés puisqu’ils sont détectés rapidement, ils peuvent être hospitalisés et soignés en urgence.

Il faut savoir que l’armée algérienne dispose de l’Ecole nationale de santé militaire Kaddi-Bakir d’Ain Naadja (Alger) qui a formé énormément d’officiers et d’élèves en sciences médicales et paramédicales. Ces officiers peuvent être mobilisés dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Pour ne pas rééditer les erreurs absurdes du ministère de la Santé, il faut le décharger rapidement de la gestion de cette crise sanitaire. Le ministère de la Santé ne peut qu’être membre d’une instance nationale de crise créée par la Présidence de la République et dont la co-gestion doit revenir à la direction centrale des Services de santé militaire, dirigée par le général Abdelkader Bendjelloul.

L’armée algérienne pourrait aussi mobiliser ses avions, hélicoptère et propres engins médicalisés pour évacuer les patients du coronavirus les plus graves pour les hospitaliser en toute urgence soulageant ainsi les hôpitaux civils algériens plongés dans le désarroi faute d’une bonne organisation.

Enfin, l’armée algérienne jouera un rôle incontournable dans la gestion d’un confinement général du pays. Il ne s’agit pas de mobiliser des blindés au milieu des rues pour contrôler la population, mais de rassurer les Algériens et Algériennes tout en faisant de la sensibilisation à travers tous les canaux de communication. Ces initiatives devront permettre à l’Algérie d’améliorer sa défense contre une pandémie inédite qui sème la terreur partout dans le monde.

 

LEAVE A REPLY