Confidentiel. Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a été désigné dans ses fonctions 21 jours après avoir été auditionné par la Gendarmerie Nationale dans une troublante affaire de marché douteux

0
516

Avec son air de gentilhomme, Toufik Hakkar, l’actuel PDG de Sonatrach, peut facilement tromper l’opinion publique car peu, très peu d’Algériens connaissent la véritable histoire de ce PDG qui préside aux destinées du groupe Sonatrach depuis le 5 février dernier. En effet, personne n’a dit aux Algérien que le nouveau PDG de Sonatrach a été auditionné par une brigade de recherches de la gendarmerie nationale à Oran 21 jours avant sa fulgurante ascension à la tête de Sonatrach, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. 

Toufik Hakkar a été nommé au poste stratégique de PDG de Sonatrach, le poumon économique de l’Algérie, alors qu’il était mêlé trois semaines auparavant à une sombre affaire de marché accordé par une filiale de Sonatrach de grès à gré à une société espagnole dénommée MMC. Cette entreprise espagnole a obtenu auprès de la Société de Gestion et d’Exploitation des Terminaux Marins à Hydrocarbures (STH) Spa, filiale de Sonatrach, dont le siège est situé à Oran, un marché de plus de 2 millions d’euros dans des conditions très douteuses. La STH  a signé, en effet, le 5 février 2019 un contrat de gré à gré avec la Société espagnole pour un montant de 2.1 millions d’euros. Non seulement, ce marché n’a pas fait l’objet d’aucune procédure d’appel public à la concurrence.

En plus, ce marché a fait l’objet d’un contrat qui a été signé bien avant de le faire passer par le Conseil d’Administration de la STH. Nous avons pu confirmer effectivement que le 05.02.2019, ce marché a été conclu avec les espagnols de MMC alors que le Conseil d’Administration de la STH avait été tenu le 18.02.2019. Des pratiques illicites et illégales qui peuvent déboucher sur des pratiques de corruption et de dilapidation des deniers publics. L’un des cadres la STH s’est révolté contre ses irrégularités et dépassements à propos de l’attribution de marché public consistant à mener des travaux maritimes pour le chargement des hydrocarbures. Ce cadre intègre s’est plaint officiellement des irrégularités constatées dans la passation de ce marché public. Une plainte a été déposée au niveau de la Justice dans un tribunal oranais.

La gendarmerie nationale a été alertée et s’est saisie de ce dossier. Tous les membres du Conseil d’administration de la STH ont été convoqués et auditionnés. Ces dirigeants de la STH ont certifié dans leurs témoignages qu’ils ont subi des pressions de la part d’un certain… Toufik Hakkar, qui occupait au moment des faits les fonctions de vice-président business development et marketing de Sonatrach. Toufik Hakkar sera, par la suite, convoqué au cours du mois de janvier dernier pour qu’il soit auditionné et entendu dans le cadre de cette sombre affaire. 21 jours plus tard, par enchantement, il devient PDG de Sonatrach et plus personne n’a entendu parler de l’enquête menée par la gendarmerie nationale à Oran. Comment est-ce possible ?

Selon nos investigations, c’est l’actuel ministre de l’Energie, Mourad Arkab, qui avait parrainé Toufik Hakkar pour le placer à la tête de Sonatrach. C’est le ministre de l’Energie qui a ensuite pesé de tout son poids pour persuader la Présidence de le nommer à la place de Kamel Eddine Chikhi, l’infortuné ex-PDG de Sonatrach, dont le mandat n’a pas duré plus de 3 mois ! Dans nos prochaines révélations, nous reviendrons sur les circonstances de la nomination de Toufik Hakkar et du rôle troublant joué par Mourad Arkab et un certain Kheir Allab, homme d’affaires, lobbyiste et ex beau-fils du célèbre général Smail Lamari du DRS…

 

LEAVE A REPLY