Pandémie du Coronavirus en Algérie : le bilan « officiel » s’est encore élevé à 90 cas confirmés et 17 wilayas touchées

0
337

Très dure journée ce jeudi 19 mars. Le bilan officiel des cas de COVID-19 a encore augmenté jeudi après-midi et le nombre « officiel » des cas confirmés a atteint les 90 cas. Désormais, 17 wilayas sont touchées à travers le pays. C’est ce que confirme  le directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Fourar.

« Les cas de personnes infectées par le virus (49 hommes et 41 femmes), ont été enregistrés dans 17 wilayas, dont les plus touchées sont Blida et Alger », a-t-il précisé dans une déclaration à la Télévision nationale l’ENTV, ajoutant que la majorité des personnes infectées sont âgées entre 25 et 49 ans, alors que 14 cas dépassant les 60 ans.

L’Algérie confirme encore ce jeudi qu’elle est le pays africain le plus affecté par la pandémie du coronavirus. Presque 70 % des décès enregistrés sur le continent africain à cause du COVID-19 ont été déplorés en Algérie. La situation est donc particulièrement préoccupante et l’Algérie doit se préparer au pire comme il a été lancé ce jeudi par le directeur général de l’OMS à propos de la la progression du coronavirus sur le continent africain.Dans un message très alarmiste, le patron de l’Organisation mondiale de la santé, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé mercredi 18 mars l’Afrique à « se réveiller » face à la menace du nouveau coronavirus, soulignant que le continent devait se préparer au « pire » alors que le coronavirus commence à se propager localement.

« Tous les jours, l’OMS parle à des ministres de la Santé, à des chefs d’État, au personnel soignant, à des dirigeants hospitaliers et industriels […] afin de les aider à se préparer et à établir des priorités, en fonction de leur situation spécifique », a insisté le diplomate éthiopien lors d’une conférence de presse virtuelle. Il a expliqué que l’OMS recommandait toujours de dépister tous les cas suspects et de les isoler, soulignant que les mesures de « distanciation » sociale à elles seules, comme celles récemment prises par de nombreux pays européens, ne suffisent pas. « Les mesures d’éloignement physique – comme l’annulation de manifestations sportives, de concerts et d’autres grands rassemblements – peuvent contribuer à ralentir la transmission du virus, réduire la charge qui pèse sur le système de santé et contribuer à rendre les épidémies gérables […] mais pour contrôler et mettre fin aux épidémies, les pays doivent tester, isoler et suivre les contacts », a-t-il détaillé. « S’ils ne le font pas, les chaînes de transmission vont continuer » à exister et « resurgir une fois que les mesures d’éloignement physique seront levées », a-t-il averti.

LEAVE A REPLY