Face au coronavirus, Tebboune fait beaucoup promesses, mais ses chiffres déraisonnables soulèvent des interrogations

0
313

Abdelmadjid Tebboune s’est adressé ce soir 20 H aux Algériens et aux Algériennes dans ce contexte mondial caractérisé par une panique internationale provoquée par les dégâts désastreux sur la santé publique de la pandémie du coronavirus. Et dans ce discours, Tebboune a annoncé plusieurs mesures, 12 plus exactement, pour protéger les Algériens et Algériennes contre le COVID-19. Des mesures qui relèvent davantage des promesses que des actions concrètes vérifiables et palpables sur le terrain. 

Ainsi, Tebboune a confirmé que les prières dans les mosquées sont interdites. Il confirme également que l’Etat algérien interdit les rassemblements et les marches et ferme toutes les frontières terrestres avec les pays voisins. Il a été également de mettre en place la suspension de toutes les liaisons aériennes et maritimes.

D’autre part, Tebboune a promis de multiplier les opérations de sensibilisation et d’augmenter la capacité des hôpitaux algériens. Jusque-là tout va bien. Mais lorsque Tebboune aborde le volet des chiffres reflétant les moyens logistiques « mobilisables » par l’Etat algérien contre  cette pandémie, il pèche largement par excès d’exagération. En effet, Abdelmadjid Tebboune a fait savoir aux Algériens que nous disposons que 15,5 millions de masques et l’Etat s’apprête à acquérir pas moins de 54 millions de masques à travers le monde. Un chiffre qui soulève de nombreuses interrogations car il s’agit d’une quantité énorme et improbable que personne ne risque de trouver sur le marché mondial en raison d’une pénurie criant de masques.

Le monde fait face à une pénurie de masques et autres équipements de protection contre le nouveau coronavirus, avait annoncé depuis la première semaine du mois de février le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’Agence spécialisée des Nations unies elle-même n’arrive pas à se procurer des quantités aussi considérables de masques de protection individuelle.

A la fin du mois de février dernier, l’OMS  a envoyé dans un premier temps envoyer vers 24 pays des équipements de protection, dont 500.000 masques et 350.000 paires de gants. Quelque 250.000 tests ont été également envoyés au début du mois de mars dans plus de 70 laboratoires dans le monde entier. Où est-ce que l’Algérie va trouver donc ces 54 millions de masques ?!

L’OMS estime, par ailleurs, que, chaque mois, 89 millions de masques médicaux seront nécessaires dans le monde, ainsi que 76 millions de gants et 1,6 million de lunettes de protection. C’est dire qu’aucun pays dans le monde n’arrivera jamais à fournir à l’Algérie une quantité de 54 millions de masques ! Ces chiffres sont totalement déraisonnables. L’Algérie envisage-t-elle de fabriquer elle-même ses masques de protection individuelle ? Au regard de la faiblesse chronique du secteur pharmaceutique algérien, cette option est vraiment très peu envisageable.

Les autres chiffres avancés par le Président Tebboune nous laisse également pantois. Il parle, par exemple, de la disponibilité en Algérie de  6000 kits de dépistage, un chiffre totalement controversé puisque l’Algérie a manqué cruellement depuis le début de cette crise sanitaire de kits de dépistage au coronavirus. Plusieurs hôpitaux à travers le pays comme à Boufarik et Blida, les établissements les plus concernés par l’accueil des cas contaminés au coronavirus puisque le foyer principal de coronavirus en Algérie est la région de Blida, ont refoulé des dizaines de cas suspects parce qu’ils n’avaient pas les kits nécessaires à leurs dépistages.

Comme il avait été révélé par Algérie Part, il aura fallu que la France offre gratuitement à l’Algérie pas moins de 5000 kits de dépistages afin de secourir l’Institut Pasteur d’Alger et les centres hospitaliers assaillis par les demandes de dépistage de patients suspects. Là aussi, Tebboune annonce l’acquisition par l’Etat algérien de 15 mille kits de dépistage. Un autre chiffre sujet à caution et semblent difficilement vérifiables.

Quant aux fameux lits de réanimation, Tebboune a fait croire aux Algériens que notre pays dispose de 2500 lits alors que la veille, le ministre de la Santé, a avoué que notre pays a une capacité de 400 lits de réanimation seulement. Qui dit vrai ? Le ministre de la Santé ou le Président de la République ? Les deux sont-ils conscients qu’il y a une énorme divergence sur les propos. De notre part, toutes les sources médicales que nous avons interrogé désapprouvent les chiffres avancés par Tebboune. « Même si on réquisitionne toutes les cliniques privées et on réaménage les services des hôpitaux publics, nous pourrons jamais rassembler plus de 800 lits de réanimation », nous assure l’observateur le plus optimiste du secteur de la Santé en Algérie. Les autres sources indiquent que les capacités actuelles de l’Algérie oscillent à peine entre 150 et 200 lits de réanimation.  Mais Tebboune va encore loin en assurant que nous pouvons mobiliser 6000 lits de réanimation en cas d’urgence sanitaire ! Un chiffre effarent au regard de l’état actuel dans lequel se trouve le secteur de la santé algérien.

Et pour finir, Tebboune annonce que l’Algérie possède en ce moment un parc 5000 respirateurs artificiels. Un chiffre qu’aucune source médicale fiable n’a confirmé car il est ne correspond à aucune réalité sur le terrain où les hôpitaux algériens manquent cruellement de ces équipements depuis de nombreuses années. Ces appareils font aussi l’objet d’une pénurie dans le monde depuis le début de la pandémie du coronavirus car ils sont trop demandés par les pays les plus touchés. En Allemagne, France ou l’Italie, les fabricants locaux n’ont plus le droit d’exporter leurs respirateurs artificiels qui sont entièrement dédiés à leurs besoins intérieurs. Comment l’Algérie a-t-elle pu faire pour acquérir 5000 respirateurs artificiels ? Seuls Tebboune et ses conseillers peuvent nous fournir les mystérieuses réponses…

LEAVE A REPLY