Enfin une bonne nouvelle : une centaine de kits de dépistage au coronavirus débloqués pour l’hôpital de Boufarik

0
365

Une éclaircie dans un ciel sombre. C’est la bonne nouvelle de la journée. Après plusieurs articles et révélations faites par Algérie Part, les autorités sanitaires algériennes ont réagi et ont envoyé une centaine de kits de dépistage au coronavirus à l’hôpital de Boufarik dans la wilaya de Blida, l’hôpital le plus surchargé par les demandes des patients souffrant de syndrome de coronavirus en Algérie. 

Après une pénurie de tests qui a empêché le dépistage de plusieurs dizaines de cas suspects, ce dimanche, les autorités du ministère de la Santé ont fini par prendre conscience du danger et ont agi pour débloquer une centaine de kits de dépistage au coronavirus qui ont été envoyés aujourd’hui dimanche au service infectiologie de l’hôpital de Boufarik, a confirmé Algérie Part au cours de ses investigations. Selon nos sources, près de 50 personnes attendent d’être dépistées au niveau de cet hôpital et certains cas suspects attendent impatiemment leur tour pour se faire dépister depuis au moins 48 heures suscitant ainsi la panique dans la région de Blida et Boufarik.

Ces tests de dépistage sont une priorité absolue pour identifier les cas contaminés et commencer leur hospitalisation ou leur isolement afin d’empêcher la propagation accélérée du virus sur le territoire national.

Pour rappel, pour confirmer ou infirmer la présence du virus, on prélève des cellules nasales profondes à l’aide d’un écouvillon spécifique, une sorte de long coton-tige que l’on insère dans les cavités nasales. Seulement deux types de professionnels de santé sont habilités à faire ce prélèvement : les infirmières et les biologistes – qu’ils soient pharmaciens ou médecins. Il s’agit d’un test non invasif qui ne prend que quelques secondes et peut être plus ou moins douloureux en fonction de la sensibilité de chaque patient. Pour le moment, en Algérie, seuls les « plateaux techniques » de l’institut Pasteur de Dely Brahim centralisent les échantillons des prélèvements des cas suspects de coronavirus pour les analyser et envoyer ensuite, 24 H après, les résultats à l’hôpital où les cas suspects ont été reçus et dépistés.

 

LEAVE A REPLY