Exclusif. L’inquiétant lobbying du Patron de Petrofac auprès du nouveau PDG de Sonatrach

0
425

Le DG et président du Conseil d’administration du groupe Petrofac, Ayman Asfari, a débarqué aujourd’hui samedi à Alger pour rencontrer le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar pour lui exposer officiellement tous les problèmes que subit en Algérie la compagnie pétrolière britannique Petrofac. 

Selon nos investigations, Ayman Asfari a voulu sensibiliser le nouveau PDG de Sonatrach sur les blocages que Petrofac dit subir en Algérie. Des blocages qui peuvent l’inciter à partir et quitter l’Algérie d’autant plus, a-t-on appris au cours de nos investigations, Petrofac a reçu des offres alléchantes pour s’installer en Libye où elle doit s’occuper des chantiers de restauration et remise en état des raffineries libyennes.

Dans ce contexte Ayman Asfari, l’une des 50 grosses fortunes de la Grande Bretagne, tente d’influencer la Sonatrach pour lui permettre de poursuivre et de développer des projets juteux en Algérie.  Or, cette rencontre tenue au siège de Sonatrach à Alger a soulevé de nombreuses interrogations et suscité un certain malaise parmi les hauts cadres de la compagnie nationale des hydrocarbures car il s’avère que Petrofac et Ayman Asfari traîne une réputation très sulfureuse qui n’arrange nullement les intérêts du secteur algérien des hydrocarbures d’ores et déjà fragilisé par plusieurs scandales de corruption et de mauvaise gestion.

Comme il avait été expliqué par Algérie Part dans plusieurs de ses précédentes publications, la compagnie pétrolière Petrofac et Ayman Asfari ont été accusés par le Serious Fraud Office, un organisme du gouvernement britannique chargé de mener la lutte contre les pratiques de fraude et de corruption dont les montants dépassent la somme de 1 million de livres sterling , à titre posthume d’avoir participé à un stratagème visant à verser des pots-de-vin de plusieurs millions de dollars pour obtenir des contrats en relation l’Unaoil, une entreprise pétrolière basée sur le paradis fiscal de Monaco.

Les allégations du Serious Fraud Office contre Maroun Semaan, décédé il y a deux ans, ont été révélées dans le cadre d’accusations portées devant un tribunal contre David Lufkin, ancien haut dirigeant de Petrofac. Dans le cadre de cette enquête, Ayman Asfari, actuellement propriétaire et dirigeant de la société,  a été arrêté, interrogé et puis relâché sous caution en mai 2017 par le SFO et libéré sans inculpation pour l’instant.

Il est à rappeler que Petrofac dispose de plusieurs projets importants en Algérie à l’image du contrat d’une valeur de 1 Milliard de dollars pour le champ gazier exploité par le Groupement ISARENE comprenant SONATRACH et la société britannique PETROCELTIC. Des soupçons ont rapidement pesé sur les affaires de Petrofac lorsque un sous-traitant libanais appelé BUTEC aurait été introduit en Algérie par Ayman ASFARI afin de prendre des marchés onéreux dans des conditions douteuses. Rappelons enfin que nous avons publié auparavant toute une enquête sur la tourmente dans laquelle se retrouve depuis plus d’une année Petrofac et son impact sur la Sonatrach. 

Nous reviendrons sur l’affaire Petrofac dans les prochains jours avec une nouvelle enquête sur les rapports entretenus entre cette compagnie britannique et la nouvelle direction générale de Sonatrach.

LEAVE A REPLY