Coronavirus : les défaillances inquiétantes de l’enquête épidémiologique à propos des sujets contacts en Algérie

0
192

La propagation du coronavirus s’accélère en Algérie. Chaque jour, de plus en plus de cas contaminés sont recensés. Et en 48 heures, 3 décès sont déplorés. Un début très inquiétant de l’épidémie du coronavirus en Algérie. Mais le plus inquiétant demeure les défaillances de nos autorités sanitaires qui semblent totalement dépassées par cette pandémie planétaire. Preuve en est, plus de deux semaines après l’apparition des premiers cas, les personnes contacts n’ont toujours été identifiés en Algérie à cause des lenteurs et défaillances des enquêtes épidémiologiques. 

Dans les autres pays du monde, Les « cas contacts » qui ont été dans l’entourage des cas contaminés par le coronavirus sont suivis de près par les épidémiologistes d’une Agence régionale de santé comme en France où des spécialistes  pilotent des enquêtes sur ces cas pour les identifier et étudier leurs parcours. L’étude de ces « cas contacts » obéit à « des protocoles standardisés » et les pays échangent régulièrement à leur sujet, sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé « l’OMS ».  Il faut savoir qu’au niveau international, le processus a été rôdé à l’occasion d’autres épidémies : le Sras en 2002-2003, le Mers en 2012-2013, ou Ebola en 2014. Une fois identifiées, ces personnes sont contactées par téléphones et classées selon leur niveau de risque : « négligeable », « faible », ou « modéré à élevé ». En Algérie, ce travail n’est toujours accompli et à chaque communiqué, le ministère de la Santé se contente d’affirmer « l’enquête épidémiologique se poursuit pour retrouver et identifier toutes les personnes contacts ».

Ainsi, en Algérie, on ne connaît toujours pas ses « cas contacts » alors que l’épidémie se propage très rapidement et touche plusieurs wilayas à une grande vitesse. Cette défaillance est de la pure inconscience car elle favorise le développement du virus à une grande échelle. Partout dans le monde, U-une enquête épidémiologique approfondie a été immédiatement mise en oeuvre pour identifier et contacter toutes les personnes ayant été en contact étroit avec les patients contaminés par le coronavirus.  L’objectif de ces dispositifs est « contenir l’épidémie en cassant les chaînes de transmission ».

Les personnes dites des « cas contacts » présentant les risques les plus élevés, on leur demande de rester chez elles, de prendre leur température deux fois par jour et de se signaler aux autorités de santé si elles présentent des symptômes. Les autorités sanitaires leur téléphonent tous les jours pour assurer un suivi actif. En Algérie, rien de cela n’est fait et les autorités sanitaires algériennes jouent avec le feu.

 

LEAVE A REPLY