Vives inquiétudes au ministère de la Santé : le coronavirus touche Souk Ahras, Tizi-Ouzou et la menace grandit jour après jour

0
439

Contrairement à la sérénité affichée par le ministre de la Santé et le gouvernement de Tebboune, l’épidémie du coronavirus est en train de susciter une véritable panique au sein du sérail algérien. Plusieurs responsables et cadres dirigeants du ministère de la santé ont confié à Algérie Part que la situation peut s’aggraver dans les jours à venir et les dégâts du coronavirus seront très dangereux sur la santé des Algériens. Ces interlocuteurs avouent que notre système de santé inefficace et miné par les dysfonctionnements ne pourrait pas juguler facilement cette épidémie si, par malheur, elle venait à s’implanter massivement dans notre pays. 

Pour l’heure, le coronavirus a commencé officiellement à parcourir le territoire national. Le ministère de la Santé a annoncé que cinq (5) nouveaux cas confirmés ont été enregistrés, dont la personne décédée, portant ainsi à 24 le nombre total de cas confirmés du Convid-19 dans le pays. « Il s’agit de deux cas ayant séjourné en France, l’un est hospitalisé dans la wilaya de Souk-Ahras, l’autre à Tizi-Ouzou et trois à Blida », a précisé la même source.

A ce jour, 638 tests de diagnostic ont été déclarés négatifs sur les 662 effectués par l’Institut Pasteur d’Algérie, relève le ministère de la Santé, ajoutant que l’enquête épidémiologique « se poursuit pour retrouver et identifier toutes les personnes contact ». En outre, le dispositif de veille et d’alerte mis en place « demeure en vigueur et la mobilisation des équipes de santé reste à son plus haut niveau ». Cependant, plusieurs interrogations légitimes sont soulevées en ce moment à l’intérieur des institutions sanitaires du pays. L’institut Pasteur d’Algérie ne dispose pas des moyens suffisants pour réaliser rapidement des tests grandeur nature si le nombre des cas suspects se multiplient dans les jours à venir. Les moyens logistiques et humains de qualité sont mobilisés essentiellement au niveau de la capitale Alger et le centre du pays. Les autres régions et wilayas sont dépourvues de grands moyens et risquent de ne pas détecter à temps des cas suspects de cette épidémie qui effraie le monde entier.

Cette situation fait peur à plusieurs responsables du ministère de la Santé qui tentent de trouver des solutions urgentes pour remédier à ces dysfonctionnements tout en espérant un ralentissement de la propagation du coronavirus dans le monde, une épidémie déclarée aujourd’hui pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé.

LEAVE A REPLY