Enquête – Ces vols à l’Aéroport d’Alger, conduits par la Police !

0
387

Le Commissaire Nabti Mehdi est le responsable du service de la Police Judiciaire (PJ) à l’aéroport International de Houari Boumediène à Alger.

Il y a de cela quinze jours, un passager a été arrêté par les services de douanes et de Police avec une somme d’argent conséquente. Ne les ayant pas déclarés, la procédure de flagrant délit de tentative de transfert illicite de devises vers l’étranger a été constatée.

Le passager est alors vite dirigé vers les bureaux de la PJ, ou il a été pris en charge par la Commissaire B. Nacima et 2 agents de police relevant d’elle.

L’infraction reconnue, des Procès- Verbaux (PV) sont vite dressés. Ceux-ci reprennent les coordonnées du passager et des agents des services de sécurité, tout en relatant les conditions et lieux exactes de la saisie d’argent. Ces documents établissent également la somme exacte saisie tout en détaillant le nombre, le type et le N° d’identification de chaque billet de banque.

Plusieurs heures cet inventaire laborieux, au moment de faire signer les PV par le passager comme la procédure l’exige, ce dernier hésite puis refuse de parapher le document officiel servant à l’incriminer.

Avait-il laissé entendre, à un moment ou un autre de l’éprouvante attente, qu’il pourrait oublier de réclamer son dû s’il était relâché sans poursuites ? Nous n’en sommes pas sûr, mais c’est vraisemblablement ce qu’ont pensé les deux agents de police, quand ils ont décidé de détourner la somme de 11.000 Euros pourtant sous-scellés !

Quand le Commissaire Nabti Mehdi va constater la disparition de cette somme, il arrive très vite à confondre ses subalternes du vol de l’équivalent de 220 Millions de centimes, surtout après les nombreuses anomalies et contradictions constatées dans leur récit.

Alors qu’il dresse des Procès-Verbaux disciplinaires à l’encontre des deux agents, et malgré les preuves évidentes de leur forfaiture, la réaction du Chef de la PJ de l’aéroport d’Alger s’avérera être tout aussi surprenante qu’inexpliquée.

En effet, le Commissaire Nabti décide de clore cette histoire de manière bien singulière : il va étouffer l’affaire relevant pourtant du pénal et pour laquelle il aurait dû alerter au moins sa hiérarchie et l’Inspection Générale de la Sûreté Nationale… Un travail d’amateur !

Dérogeant à son serment de servir la loi, le Commissaire Nabti demande aux deux auteurs du vol de pièces à convictions sous scellés, de restituer la totalité du butin qu’ils avaient bien évidemment pris soin de faire disparaître de l’enceinte même de l’Aéroport grâce à un réseau de complices… Un travail de pro !

Acculés, les deux mis en cause vont s’exécuter et pour ne pas se discréditer et enfoncer leur cas, ils décident ‘’officiellement’’ d’acquérir l’équivalent de la somme subtilisée sur le marché noir, puis la remettent avec une rapidité déconcertante dans le coffre a scellés des pièces à conviction.

Ils n’oublieront pas de changer les PV, se rendant à nouveau coupables de destruction de rapports de contrôle de pièces à conviction, inscriptions des données fausses, confection de faux documents…

Nabti Mourad, qui est le beau-frère du propriétaire de Volkswagen Mourad Leulmi, à qui il doit, nous dit-on, sa montée en grade fulgurante, ne rendra jamais compte des 2 PV disciplinaires qui vont disparaître de son bureau, ni n’avisera le Procureur de Dar el Beida des détails de cet incident.

On garde des voleurs, on évite l’enquête interne, les apparences sont sauves et chacun continue ses petites affaires ! Voilà à quoi ses membres réduisent la Direction Générale de la Sûreté Nationale au niveau de l’Aéroport d’Alger… Et ce n’est guère une première !

Il y a quelques mois, plusieurs camions chargés de téléphones portables ont tenté de quitter illégalement la zone de fret de l’aéroport d’Alger, la PJ qui a eu l’info s’est saisie de l’affaire…mais également de 3 cartons de smartphones dernier cri. Un vol jamais déclaré, mais cela est une autre histoire…

Amir Youness

LEAVE A REPLY