Le pétrole à moins de 50 dollars : l’Algérie s’approche de jour en jour de la faillite financière

0
463

Tout ce qui était craint par de nombreux économistes et spécialistes de l’Algérie vient de se produire : le pétrole a dégringolé au dessous de 50 dollars. Aujourd’hui, le prix du baril de pétrole est d’à peine 47.79 dollars ! Une chute vertigineuse de près de 5 % en l’espace deux jours. Depuis le début de l’épidémie du coronavirus, les prix du baril du pétrole ont baissé de plus 20 % en un mois. Et cette baisse pourrait atteindre facilement les 40 % d’ici avril prochain avec la propagation mondiale du coronavirus. 

C’est une situation entièrement catastrophique pour une Algérie qui sera totalement bouleversée sur le plan financier et économique, par ricochet politique, en 2020. Non, ce n’est vraiment pas une exagération. La chute des prix du baril du pétrole signifie que l’Algérie se retrouvera avec des caisses vides en devises. Et plus exactement, l’Algérie ne pourra même pas exporter pour 20 milliards de dollars de pétrole et gaz d’ici la fin de l’année 2020. Cela signifie que l’Etat algérien perdra sa principale tirelire de devises lui qui a besoin d’un budget de plus de 60 milliards de dollars pour pouvoir tenir le pays et couvrir les besoins de la population algérienne. Et 20 milliards de dollars de recettes, c’est le scénario le plus optimiste car l’épidémie du coronavirus va durer encore plusieurs mois et il est possible que le prix du baril du pétrole tombe au-dessous de 30 dollars d’ici le mois de mai, à savoir en plein mois sacré du Ramadhan.

L’Algérie puisera ainsi dans les réserves de changes qui restent encore à sa disposition pour sauver sa peau en 2020. Les 62 milliards de dollars qui sont restés jusqu’à décembre 2019 vont disparaître petit à petit jusqu’à 2021 où ile pourra pas rester plus de 45 milliards de dollars. Et c’est encore une prévision optimiste et il est possible que ces réserves s’amenuisent encore davantage. Tout compte fait, l’Algérie ne tiendra avec ses réserves que pendant une année et demie. Et après ? Que se passera-t-il ? C’est la cessation de paiement, la faillite totale. Un pays instable politiquement, déstabilisé par une crise de légitimité institutionnelle, un gouvernement incapable d’imaginer des solutions d’urgence, un pouvoir politique miné de l’intérieur et une population de plus en plus en colère et mobilisée dans les rues, tous les ingrédients explosifs sont réunis. L’Algérie est un volcan qui va exploser dés 2021 et les conséquence seront désastreuses pour la sécurité nationale. Un homme averti en vaut deux. Espérons que le pouvoir algérien comprendra le sens réel de cet adage.

 

LEAVE A REPLY