L’ancienne ministre Djamila Tamazirt convoquée par la Cour Suprême et risque d’être placée sous mandat de dépôt

0
423

L’ancienne ministre de l’Industrie au gouvernement impopulaire de Nourredine Bedoui, Djamila Tamazirt a été convoquée aujourd’hui lundi par la Cour Suprême pour qu’elle soit auditionnée par un magistrat instructeur dans le dossier de dilapidation de deniers publics et de corruption du complexe agroalimentaire de Corso, dans la wilaya de Boumerdès. 

Selon nos sources, il est fort possible que l’ex-ministre, frappée d’une interdiction de quitter le territoire national (ISTN) au lendemain de son limogeage du gouvernement le 2 janvier dernier, soit placée sous mandat de dépôt et envoyée à la prison d’El-Harrach.

Il est à souligner que Djamila Tamazirt est citée nommément comme l’un des acteurs de ce scandale de corruption et de détournement de deniers publics qui implique l’oligarque Mohamed Laid Benamor. Au moment des faits, à savoir en 2013, Djamila Tamazirt occupalt les fonctions de PDG groupe ERIAD. Et à ce titre, elle avait accordé des avantages illicites et des privilèges douteux permettant à Mohamed Laid Benamor de s’approprier le complexe public agro-alimentaire de Corso, l’une des unités de production les plus importantes dans l’industrie agroalimentaire en Algérie. Et ce projet avait fini par se solder par l’un des scandales de détournements de deniers publics les plus tragiques pour le Trésor Public.

Rappelons enfin que ce dossier est en instruction depuis le début de l’été 2019 au niveau du tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Le milliardaire Mohamed Laid Benamor, l’un des plus importants bailleurs des campagnes électorales d’Abdelaziz Bouteflika depuis 2014, fut placé sous ISTN, lui et ses frères qui occupent des fonctions et détiennent des parts dans le capital des diverses entreprises du groupe Benamor, depuis le printemps 2019. L’enquête du tribunal de Sidi M’hamed portant sur des pratiques de corruption, trafic d’influence, octroi d’indus privilèges et avantages illicites a été terriblement ralentie à cause de la fonction ministérielle occupée par Djamila Tamazirt au ministère de l’Industrie au sein du gouvernement Bédoui.

LEAVE A REPLY