Télécoms : Houda Feraoun est partie, mais absolument rien n’a changé

0
288

Au ministère des Télécoms, la situation demeure inchangée depuis le départ de la ministre controversée Imane Houda Feraoun. Et les cadres de ce ministère n’hésitent plus à exprimer leur désenchantement car le nouveau ministre reconduit la même feuille de route tracée par Houda Feraoun.

Après plus de deux mois depuis la nomination d’un nouveau ministre à la tête de ce secteur technique et stratégique, à savoir Brahim Boumzar, aucun changement n’a été amorcé et les mêmes anciens hauts responsables du cabinet de Houda Feraoun continuent de diriger ce secteur avec mercantilisme et népotisme. Recommandé et imposé par le général Abdelkader Leckham, puissant patron des transmissions et département des communications électroniques au ministère de la Défense Nationale, le ministre Brahim Boumzar est en réalité un « jouet » entre les mains des anciens caciques collaborateurs de Houda Feraoun.

Preuve en est, il est managé par le même fameux secrétaire général du ministère des télécoms, Fouad Belkessam, l’homme qui est suspecté d’être impliqué dans plusieurs affaires de corruption comme il avait été révélé à plusieurs reprises par Algérie Part. Son remplacement était à l’ordre du jour, mais de puissants lobbys veulent décidément le maintenir dans son poste.

Le conseiller juridique du nouveau ministre n’est que Zouaoui Abderahmane, un ancien juge qui a mis fin à sa carrière après avoir fait défrayé la chronique à travers les accusations de corruption dont il avait fait l’objet. Cet ancien juge est un parent à Moussa Benhamadi, l’ex-ministre et haut responsable du FLN emprisonné à EL-Harrach avec ses frères dans le cadre du dossier Condor. 

La directrice de la communication du marketing d’Algérie Télécom demeure toujours Mme Benzine, l’épouse de Faycal Belkessam, juge à Bir Mourad Rais, et frère de l’influent secrétaire général du ministère des Télécommunications et de la Poste.

A la tête de L’Autorité de régulation de la Poste et des communications électroniques (ARPCE), nous retrouvons Abadli Kheireddine qui est un proche ami de l’épouse de Fouad Belkessam. Désigné à son poste le 8 août 2019, le nouveau patron de l’ARPCE est  un ancien douanier à Skikda qui a été promu et imposé par l’ex-ministre Houda Feraoun comme directeur des ressources humaines au niveau d’Algérie Poste en 2017. Il s’agit donc d’un profil qui n’a aucune compétence concrète dans le domaine des télécommunications et des nouvelles technologies.

C’est dire enfin que l’ère du favoritisme et de l’amateurisme n’est toujours pas révolue au ministère des TIC et des télécommunications. Les mêmes pratiques sont toujours en vigueur et l’ombre de Houda Feraoun plane toujours sur ce ministère mal-géré et livré à l’abandon.

 

LEAVE A REPLY