Scandale aux renseignements généraux de la DGSN : des hauts responsables payés par les oligarques pour les protéger et harceler des journalistes et des militants algériens

0
664

Algérie Part a lancé une nouvelle grosse enquête sur un énorme scandale qui est étouffé par la DGSN en Algérie. Nos investigations ont permis d’identifier de nombreuses pratiques mafieuses auxquelles se donnent plusieurs hauts responsables de la Direction des renseignements généraux de la police algérienne pour protéger en catimini les affaires ou intérêts de plusieurs oligarques corrompus. 

Algérie Part va dévoiler dans les jours à venir les noms et fonctions de plusieurs commissaires des RG de la police qui sont impliqués dans des pratiques scandaleuses visant à harceler des activistes du Hirak, des journalistes indépendants ou des personnalités de la société civile qui menacent les intérêts de certains oligarques encore épargnés par la lutte contre la corruption.

En effet, nos informations vont fournir plusieurs détails sur les relations entretenues entre des richissimes milliardaires comme Abdelmalek Sahraoui, le patron du groupe Petroser et député FLN de Mascara, ainsi que Mohamed Laid Benamor, le milliardaire qui est tombé entre les mains de la justice algérienne le 13 février dernier, ou l’ex-patron de l’aéroport international d’Alger, Tahar Allèche, qui continue de sévir et de jouir d’une impunité intrigante alors qu’il avait démis officiellement de ses fonctions depuis la fin du mois de septembre 2019 et l’enquête pour corruption et abus de fonction à laquelle il est soumis au tribunal de Dar El-Beida tourne au ralenti en raison de l’intervention d’un puissant lobby au sein de la DGSN et ministère de justice.

Tahar Allèche, Abdelmalek Sahraoui et d’autres businessmans richissimes méconnus encore de l’opinion publique ont versé des pots-de-vin à plusieurs dirigeants et officiers des Renseignements Généraux de la DGSN pour les actionner contre ceux et celles qui osent dénoncer ouvertement l’impunité de ces « parrains mafieux » couverts encore par le pouvoir algérien.

Il est à souligner que Benyettou Benziane a été maintenu dans son poste de directeur des Renseignements généraux depuis septembre 2019 en dépit de tous faits gravissimes qui entachent la gestion de ce corps sécuritaire sensible.

L’autre haut responsable des RG qui est impliqué dans ses agissements mafieux au service de certains pans de l’oligarchie algérienne s’appelle Mohamed Kebaili. Nous révélerons dans nos prochaines publications comment s’opère ce réseau de lobbyiste au sein des RG de la police algérienne pour torpiller et ralentir les enquêtes sur les affaires de corruption traités en ce moment par la justice algérienne. Nous expliquerons enfin comme ces éléments des RG menacent et intimident les familles de certains activistes du Hirak et journalistes indépendants qui se refusent de se laisser acheter par Tahar Allèche, Abdelmalek Sahraoui, et les autres milliardaires qui veulent désespérément se faire oublier en ces temps troubles où le Hirak contraint l’appareil judiciaire à moraliser l’Algérie…

 

 

LEAVE A REPLY