Documents Exclusifs – Qui est derrière cette nouvelle chaîne de télévision algérienne à Londres ?

0
495

Echourouk est une chaîne de télévision privée algérienne dédiée à l’information, créée le 19 mars 2014. Elle traverse aujourd’hui une période difficile après le décès de son PDG Ali Fodil le 24 octobre 2019, contraignant le présentateur vedette Rochdi Redouane à quitter son poste en janvier 2020.

Sofiane Touahria, le P-DG d’Al-Hayat Petroleum, s’était fait connaitre il y a quelques mois lors de la vente des actions du club de l’USMA, propriété du groupe privé de travaux publics ETRHB appartenant à la famille d’Ali Haddad.

On ne sait pas grand-chose sur cette entreprise qui a été créée en 2018, et dont ni le capital ni les propriétaires ne sont déclarés.

Soufiane Touahria et l’ex-journaliste d’Echourouk TV, Rochdi Redouane, ont fondé, le 13 Janvier 2020, une nouvelle entreprise à Londres dans le Royaume-Uni.

   

Selon nos informations, cette société qui a pour nom Algeria4, sera exploitée pour un projet télévisuel privé.

Ainsi, alors même que le Ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a souligné il y a quelques jours que l’une des tâches majeures du plan d’action du secteur consiste à réguler et à organiser l’activité des chaînes de télévision privées, affirmant d’ailleurs que cette « urgence » est dictée par le traitement de l’actualité nationale « subjectif et contraire à la déontologie », observé par certaines chaînes.

Une fois encore, après les chaines d’oppositions Al Magharibia d’Oussama Madani et Knews d’Abdelmoumen Khalifa, la Grande-Bretagne compte abriter, une fois encore, une nouvelle  chaîne algérienne délocalisée.

 »Si les algériens décident de créer une chaîne de télévision à l’étranger c’est bien parce que la liberté d’expression dans notre pays est soumise au diktat du régime, qui refuse toute voix dissonante ou d’opposition libre.’’ Nous déclare A.Youness, chroniqueur et journaliste.

 »D’ailleurs vous pensez que Algeria4 va bénéficier d’une accréditation provisoire pour l’ouverture de bureaux de représentation en Algérie ?’’ se demande même A.Youness.

Difficile de répondre à cela, dans un monde ou les moyens de communication sont devenus le champ de batailles idéologiques, imposant ou détruisant des idées, des programmes, des points de vues, dans le même esprit qu’une guerre avec son contingent de blessés, de disparus et de désolation…

Fabienne Outar

LEAVE A REPLY