Confidentiel. Quand des responsables impliqués dans des marchés douteux et opaques réclament la protection du général-major Hamid Boumaïza

0
396

A la suite de plusieurs enquêtes et révélations faites par Algérie Part sur le fonctionnement opaque et les projets douteux, ou marchés publics entachés d’irrégularités, la brigade de recherches de Bab Jedid a ouvert le dossier très sensible de l’Etablissement National de la Navigation Aérienne (ENNA). Selon nos investigations, les premières convocations sont parvenues aux responsables de l’ENNA qui doivent s’expliquer et répondre à plusieurs questions soulevées par leur gestion très controversée comme il avait été démontré à maintes reprises par les publications d’Algérie Part. 

Effrayés par la perspective des enquêtes de la gendarmerie nationale et des éventuelles poursuites judiciaires qu’elles peuvent enclencher, les hauts responsables de l’ENNA ont cherché en toute urgence un moyen pour obtenir une « protection » d’en haut dans ces moments troubles où ils risquent de chuter et de perdre leurs fonctions ou de se retrouver derrière les barreaux de la prison d’El-Harrach.

Et pour quémander cette « protection », les dirigeants de l’ENNA ont dépêché Djatouf Abdelouahab, le directeur de l’exploitation de la navigation aérienne au niveau du centre opérationnel et de contrôle de l’ENNA d’Oued Smar, à la rencontre du général-major Hamid Boumaïza, le puissant patron des forces aériennes algériennes, et l’un des décideurs les plus influents de l’institution militaire en Algérie.

C’est un certain colonel Lahlou de l’aviation militaire qui a arrangé cette rencontre le haut responsable de l’ENNA et le général-major Hamid Boumaiza. Une rencontre au cours de laquelle Djatouf Abdelouahab a plaidé sa cause et celle de ses amis qui dirigent l’ENNA dans un climat caractérisé par de nombreux dépassements illicites. Pour l’heure, nous ignorons si le général-major Hamid Boumaiza a fait de quelconques promesses à Djatouf Abdelouahab et la clique de ses dirigeants de l’ENNA, mais cette rencontre constitue en soi une manoeuvre immorale et inacceptable car elle pourrait entraver le travail de la justice et les enquêtes de la brigade de recherches de Bab Jedid qui avait d’ores et déjà commencé à convoquer et auditionner quelques responsables de l’ENNA à l’image de Abderrahmane Khelifi, le président du comité de participation de l’ENNA.

 

Abderrahmane Khelifi est impliqué dans de nombreuses affaires de passations illégales de marchés publics. A titre d’exemple, il avait autorisé  le paiement d’une facture de plus de 80 millions de centimes concernant les vacances familiales de l’ancien PDG de l’Entreprise nationale de navigation aérienne (Enna), Benchabane Hocine comme nous l’avions révélé auparavant. Ce PDG s’était offert des vacances au profit de sa famille en profitant de l’argent des oeuvres sociales des travailleurs ordinaires de l’ENNA. Les enquêtes de la brigade de recherches de Bab Jedid sur l’ENNA vont confirmer certainement l’ampleur de la dilapidation des deniers publics au sein de cette entreprise stratégique de l’Etat algérien. Il suffit de laisser les enquêteurs faire leur travail en leur épargnant les « injonctions » d’en haut…

 

LEAVE A REPLY