Confidentiel. Gros ménage au ministère de l’Energie : plusieurs hauts responsables sur le départ

0
340

Après le limogeage de la secrétaire générale du ministère de l’Energie, Fatma-Zohra Chorfi, et son remplacement, ce département ministériel stratégique devra connaître le gros ménage et plusieurs hauts responsables sont annoncés sur le départ. L’objet du Palais Présidentiel d’El-Mouradia et du Premier-ministre, Abdelaziz Djerad, est d’insuffler une nouvelle dynamique à ce département névralgique qui gère le seul secteur qui ramène des devises précieuses au pays. 

Et dans ce sillage, Abdelaziz Djerad et Abdelmadjid Tebboune ont compris qu’il faut en urgence de nouveaux changements pour se doter d’une nouvelle équipe de dirigeants capables d’affronter les défis de l’heure, à savoir une situation financière catastrophique avec des chutes de revenus conséquentes pour le pétrole et le gaz algérien dont les revenus baisse chaque d’année de 20 à 25 %.

Face à cette situation, des têtes doivent tomber : Mustapha Hanifi, directeur général des hydrocarbures, saidani Allaoua, directeur de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARG), Arezki Hocine, directeur de L’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), Hamid Dahmani, directeur général des études et de la prospective, tous ces hauts responsables devront être remplacés et admis à la retraite dans les jours à venir, assurent nos sources.

Une nouvelle équipe devra débarquer au ministère de l’Energie pour relancer la croissance du secteur des hydrocarbures en attendant la nouvelle nomination d’un nouveau ministre de l’Energie à la place de Mohamed Arkab.

Il reste encore à trancher sur le sort du colonel Mourad Khladi, le responsable de la sécurité interne au ministère de l’Energie dont les agissements et interventions intempestives auprès des autres dirigeants du ministère ont provoqué de nombreuses controverses comme il avait été révélé par Algérie Part. 

L’autre responsable du ministère de l’Energie qui est dans le collimateur des autorités algériennes s’appelle Bounadjat Lyes, directeur des produits sensibles par intérim, un protégé de l’ex-secrétaire général du ministère Fatma Zohra Chorfi.

Ce directeur central alimente de vive tensions au sein du ministère de l’Energie dans le milieu économique en raison de ses incompétences et incapacité à traiter les dossiers sensibles de son département. Plusieurs acteurs économiques se sont plaints ouvertement depuis près de deux ans du comportement de Bounadjat Lyes qui favorisaient ouvertement les opérateurs privés ou étrangers proches de l’entourage de Fatma Zohra Chorfi.

Les dépassements de ce directeur central et les opérations opaques de Fatma Zohra Chorfi font l’objet d’une enquête en cours à la brigade de recherches de Bab Jedid. Cette affaire risque de donner naissance à un scandale inédit de dilapidation de deniers publics et de trafic d’influence.

 

LEAVE A REPLY