Exclusif. Minimum de charges et le maximum de profit : le dessous de la stratégie secrète d’Ooredoo en Algérie

0
303
Depuis septembre 2019, Ooredoo Algérie, la filiale du géant Qatari des télécoms Ooredoo Corporate, a dessiné secrètement une stratégie consistant à lui permettre de réduire énormément ses charges sociales notamment le nombre de ses employés en Algérie pour améliorer ses revenus en baisse continuelle. Et pour mettre en place cette stratégie, Ooredoo Algérie a mis en place ce que ses hauts responsables ont appelé secrètement « Managed Services ». 
A partir de septembre 2019, l’Algérien  Nasreddinne Mayout, l’un des décideurs les plus influents d’Ooredoo Algérie, a été désigné comme négociateur principal de la partie algérienne dépêchée à plusieurs reprises au Qatar pour négocier la mise en place du projet « managed services ». Ce dernier est l’appellation donnée pour désigner l' »externalisation » de la gestion du réseau de téléphonie mobile Ooredoo en Algérie. Le projet date depuis 2018, mais il a été mis en veille jusqu’à l’arrivée du manager allemand Nickolai Beckers en août 2019.
L’objectif est double : faire le ménage dans les ressources humaines de l’entreprise tout en gardant une équipe la plus réduite possible au cours du temps afin de conserver  la main sur les revenus engendrés par l’entité algérienne du groupe Qatari. En bref, le minimum de charges pour le maximum de profit.
Il s’agit en vérité d’une forme de désengagement qui ne dit pas son nom. Ce projet « managed services » devait permettre de rendre l’opérateur de téléphonie mobile plus au moins attrayant aux yeux de nouveaux investisseurs lorsque les qataris décideront de le mettre en vente. Et pour ce faire, il est  question de confier toute la gestion du réseau des antennes-relais et autres équipements de transmission nécessaires au fonctionnement du réseau de téléphone mobile et la responsabilité qui en découle sur les équipementiers travaillant avec Ooredoo, à savoir ZTE, ERICSSON et NOKIA SIEMENS NETWORK (NSN).
C’est pour cette raison, a-t-on pu confirmer au cours de nos investigations, que Nassredine Mayout s’est employé avec zèle à licencier à tour de bras les directeurs et responsables techniques d’Ooredoo Algérie et, par conséquent, le terrain était d’ores et déjà préparé pour le licenciement d’un nombre important de personnes qui travaillaient dans les diverses techniques et opérationnelles d’Ooredoo Algérie. Pour faciliter la mise en place de ce plan de licenciements massifs, la direction générale d’Ooredoo Algérie a élargi les prérogatives de Nacer Eddine Mayout, devenu le tout puissant Network Operations Director de l’opérateur Ooredoo Algérie.
L’expulsion du territoire algérien de Nikolai Beckers a bloqué momentanément ce plan de restructuration d’Ooredoo Algérie dont on ne sait toujours pas comment il va se relever de cet épisode sombre qui a provoqué une véritable tempête jusqu’au sein même de la maison-mère à Doha.

LEAVE A REPLY