Exclusif. Le général Smail Serhoud convoqué dimanche prochain au tribunal militaire de Blida dans le sillage de l’affaire d’Anis Rahmani

0
573

La chute d’Anis Rahmani risque d’entraîner la chute de plusieurs hauts responsables militaires et civils qui ont protégé ces dernières années ce baron de la propagande du pouvoir algérien. Et le premier qui est dans le collimateur des enquêtes des services de sécurité s’appelle le général Smail Serhoud, l’ex-chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale et ex-patron du commandement régional de la gendarmerie nationale à Constantine. 

Ce haut responsable militaire est cité à maintes reprises par Anis Rahmani lorsqu’il a été auditionné par les enquêteurs de la brigade de recherches de Bab Jedid. Le patron d’Ennahar TV a reconnu qu’il avait été reçu plusieurs fois par le général Smail Serhoud et il lui avait assuré de tout de son soutien et « protection » face aux « menaces » auxquelles il était exposé Anis Rahmani. Par ailleurs, le général Smail Serhoud aurait traité plusieurs marchés douteux et des transactions financières opaques dans lesquels Anis Rahmani avait servi « d’intermédiaire ».

Ces informations fracassantes données par Anis Rahmani dans l’espoir de bénéficier de la clémence de la justice et des enquêteurs de la brigade Bab Jedid risquent de provoquer un véritable cataclysme au sein du sérail algérien. Algérie Part publiera dans ses prochaines publications de nouvelles révélations sur les informations confiées par Anis Rahmani aux enquêteurs de la gendarmerie nationale à propos de ses « liaisons dangereuses » avec de nombreux dirigeants politiques et militaires algériens.

LEAVE A REPLY