Jeudi, lorsque les enquêteurs de la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale ont perquisitionné le domicile principal d’Anis Rahmani à Alger, ils ont fait une découverte étonnante : une somme considérable de 15 milliards de centimes cachés soigneusement par le patron d’Ennahar TV dans sa maison personnelle. Les enquêteurs ont trouvé également de nombreux documents politiques et officiels dont certains sont relatifs à des dossiers sécuritaires sensibles et confidentiels qui n’auraient jamais dû fuiter.

Par ailleurs, nous avons appris également au cours de nos investigations que plusieurs journalistes et collaborateurs du patron d’Ennahar TV sont cités dans l’enquête menée en ce moment par la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale. Ces journalistes et collaborateurs sont susceptibles d’être convoqués par les enquêteurs dans les jours à venir notamment à partir du début de la semaine prochaine. Il s’agit entre autre d’Ahmed Kara, l’un des cadres de la rédaction d’Ennahar TV, et d’Ahmed Hafsi, l’un des directeurs de la rédaction d’Ennahar TV.

Mais il y a exactement Adherbal Smail, journaliste et responsable du site d’information ALG24, appartenant par le passé au groupe de médias Ennahar, qui a été associé par Anis Rahmani dans plusieurs affaires de chantage et de campagne de dénigrement des personnalités politiques et économiques opposées aux intérêts d’Ennahar TV. Ces journalistes et collaborateurs d’Anis Rahmani sont, d’ailleurs, ciblés par par de nombreuses plaintes déposées au niveau de plusieurs tribunaux algériens. Des plaintes étouffées et dissimulées pendant des années par les magistrats algériens à la suite des interventions politiques intempestives en faveur d’Anis Rahmani et de ses complices.

Algérie Part publiera dans ses prochains articles de nouveaux éléments sur l’enquête en cours à l’encontre des maillages complexes du réseau d’Anis Rahmani.

LAISSER UN COMMENTAIRE