Said Bouteflika aux juges du tribunal militaire de Blida : « allez interroger mon frère, il est à Zéralda et il vous dira la vérité »

0
660

Said Bouteflika a joué le rôle du personnage principal lors de ce procès en appel tenu au tribunal militaire de Blida. Le frère de l’ex-Président de la République a beaucoup parlé contrairement à ses habitudes rompant ainsi avec son trait de caractère de personnalité énigmatique et mystérieuse. Et contrairement au premier procès organisé entre le 23 et 26 septembre dernier où il avait observé un silence intriguant, Said Bouteflika s’est laissé aller à un déballage inédit qui devrait inciter la justice algérienne à rouvrir plusieurs dossiers sensibles. 

De prime abord, Said Bouteflika catégoriquement refusé de reconnaître la légalité des enregistrements audio qui ont été présentés au tribunal militaire de Blida par les services de renseignements. Il s’agit des enregistrements secrets de ses discussions avec le général Toufik et Louisa Hanoune lors de leur réunion le 27 mars 2019 à Dar El Afia située à Hydra.

« Je refuse de répondre aux questions relatives au contenu de ces enregistrements car ils sont totalement illégaux selon l’article 46 de la Constitution algérienne », a expliqué le puissant ex-conseiller au Palais Présidentiel d’El-Mouradia avant de lancer un défi à la justice militaire : « Le jour où vous rendrez public tous ces enregistrements, je répondrai à toutes vos questions » !

Concernant les accusations de complot contre l’autorité de l’Etat et de l’Armée, Said Bouteflika les a écartés d’un revers de main. « Il n’y a jamais eu de complot contre Gaid Salah. Preuve en est, après les rencontres du 27 et 29 mars 2019, Gaid Salah a été reconduit dans le gouvernement Bédoui comme vice-ministre  de la Défense nationale le 31 mars », s’est défendu le frère d’Abdelaziz Bouteflika.

Said Bouteflika a fait savoir enfin qu’il n’avait aucun pouvoir de décision au plus haut sommet de l’Etat. « Mon rôle consistait à transmettre les propositions au Président de la République. Vous pouvez l’interroger à ce sujet, il est à seulement 30 minutes d’ici au niveau de la Résidence Présidentielle de Zéralda », a conclu Said Bouteflika pour défendre son innocence.

 

 

LEAVE A REPLY