Le Procureur de la République du tribunal de Sidi M’hamed convoqué par le cabinet du ministre de la Justice à la suite de son engagement en faveur du Hirak

0
1114

Le Procureur  de la République près le tribunal de Sidi M’hamed, Sid Ahmed Belhadi, a été officiellement convoqué au ministère de la Justice ce lundi, a-t-on pu confirmer de sources sûres. Mais contrairement à ce qui a été annoncé par certains médias algériens sur les réseaux sociaux, c’est le cabinet du ministère  de la Justice dirigé par Belkacem Zeghmati qui a adressé cette convocation au Procureur de la République Sid Ahmed Belhadi, alors que ces médias ont annoncé que la convocation provient de l’inspection générale du ministère de la Justice. 

Selon nos sources, Sid Ahmed Belhadi a été appelé pour s’expliquer après ses déclarations fracassantes sur l’indépendance de la Justice et les injonctions venues d’en haut que subissent les juges algériens. Lors de sa plaidoirie hier dimanche au tribunal de Sidi M’hamed pour réclamer la relaxe de 20 manifestants et activistes du Hirak dont certains sont toujours emprisonnés à El-Harrach, le procureur Sid Ahmed Belhadi a reconnu ouvertement que la justice algérienne était l’instrument du pouvoir politique.

Ce procureur a préféré dimanche entendre la « volonté du peuple algérien ». Une position honorable qui a soulevé l’enthousiasme des Algériens sur les réseaux sociaux. Mais dans les bureaux du ministère de la Justice, ces déclarations ont suscité une vague de colère. Belkacem Zeghmati, le ministre, a réclamé personnellement à ce que ce juge soit entendu à propos de sa position inattendue. Nos sources certifient, par ailleurs, que le magistrat Sid Ahmed Belhadi était entièrement sincère dans sa démarche et ses propos.

« Il est uniquement le procureur de la République adjoint au tribunal de Sidi M’hamed. Le Procureur de la République principal de ce tribunal est en congé de maladie. C’est pour cette raison que Sid Ahmed Belhadi l’a remplacé dimanche lors du procès des 20 manifestants du Hirak », assurent nos sources d’après lesquelles Sid Ahmed Belhadi lutte discrètement depuis des années pour une justice exemplaire et équitable. Aujourd’hui, il risque la suspension ou la radiation si le ministère de la Justice décide de le sanctionner à la suite de son réquisitoire en faveur du Hirak.

 

LEAVE A REPLY