Documents exclusifs. Après l’ENIEM, cri de détresse d’une autre entreprise publique menacée de faillite

0
654

Le tissu économique public en Algérie vit une véritable détresse. Après l’épisode de l’ENIEM à Tizi-Ouzou, c’est une autre entreprise publique qui vit une véritable crise menaçant son existence. Il s’agit de la Spa Hydro Traitement Entreprise Nationale de Traitement Hydraulique dont les employés viennent de saisir officiellement le ministère des Ressources en Eau pour réclamer en toute urgence aux autorités publiques un plan d’action pour sauver leurs emplois. 

Il faut savoir que l’entreprise Hydro-Traitement était une prospère entreprise étatique spécialisée dans la réalisation, la mise en service et l’exploitation des stations de traitement d’eau potable et d’épuration des eaux usées. Elle a réalisé des projets dans le secteur hydraulique sur l’ensemble du territoire national.

Cette entreprise publique a enregistré pas moins de 4 exercices bénéficiaires au cours des années 2014, 2015, 2016 et 2017. Elle n’avait donc aucun souci financier et grâce à ses activités, elle se maintenait aisément en vie contrairement à de nombreuses autres entreprises publiques placées sous perfusion financière de l’Etat algérien. L’activité principale de l’entreprise Hydro Traitement est la réalisation de stations de dessalement d’eau de mer, d’épuration ou de traitement d’eaux usées, un secteur dans lequel l’Etat algérien a beaucoup investi d’argent ces dernières années. Il s’avère ainsi que ce secteur est l’un des moins touchés par la réduction drastique des dépenses publiques à cause la chute des prix du baril de pétrole et des revenus en devises de l’Etat algérien.

Au début de l’année dernière 2019, les autorités algériennes ont débloqué l’équivalent de 622 millions euros pour financer des opérations d’assainissement à travers le territoire national.  Ce qui porte à 280 Mds DZD (2,074 Mds EUR) le plan de charge du secteur des ressources en eau en Algérie. Cette mesure fait suite à la décision de l’Etat algérien de classer le secteur des Ressources en eau parmi les 3 priorités nationales aux côtés de la santé et de l’éducation. Selon les dernières statistiques du ministère des ressources en eau, l’Algérie a investi 450 Mds DZD (3,334 Mds EUR) dans la réalisation de projets de réseaux d’assainissement et de stations d’épuration entre 2000 et 2013, et ambitionne d’atteindre l’objectif zéro rejets d’eaux usées à l’horizon 2030.

L’entreprise SPA Hydro Traitement a donc de belles perspectives devant elles et grâce à son savoir-faire acquis ses dernières années, cette entreprise publique qui existe depuis plus de 30 ans, avait de quoi aborder l’avenir avec confiance. Malheureusement, une énorme bourde administrative et une fatale décision de mauvaise gestion a obscurci brutalement cet venir radieux.

Les autorités algériennes ont décidé de réduire l’entreprise SPA Hydro Traitement à une unité de production ou une filiale d’entre entreprise publique appelée la FOREMHYD. Cette dernière a absorbé financièrement et administrativement la SPA Hydro Traitement au mois d’août 2019 dans le sillage d’un plan de réorganisation du public marchand industriel décidé et élaboré à partir de  2014. L’objectif étant de mettre un terme au modèle des Sociétés de gestion des participations (SGP), qui avaient sous leur coupe une nuée de sociétés, et de créer des groupes industriels publics. Le Conseil des participations de l’Etat instruit les ministères concernés par cette opération de former ces nouveaux groupes mais avec l’exigence d’avoir un nombre limité de sociétés. D’où la nécessité de recourir à des fusions et des absorbions.

Malheureusement, ce plan a été très mal-réfléchi puisque la FOREMHYD est une entreprise déficitaire qui a fini par absorber une entreprise naguère prospère et bénéficiaire ! Du jamais vu dans l’histoire du management. Les conséquences sont désastreuses puisqu’aujourd’hui, la SPA Hydro Traitement se retrouve dans une situation très délicate : retard dans les versements des salaires des employés, licenciements abusifs pour réduire les charges, transfert du personnel et de l’outil de production, incapacité à recouvrir les créances, ETC. Bref, une situation totalement alarmante sur le plan économique pour une entreprise qui fut naguère bénéficiaire.

Au mois de nombre 2019, le collectif des travailleurs de la SPA Hydro-Traitement ont tiré la sonnette d’alarme en saisissant l’ex-ministre des Ressources en Eau, Ali Hammam. Ce dernier n’a fourni aucune réponse aux préoccupations des travailleurs algériens.

Aujourd’hui, la SPA Hydro Traitement a fondu en tant qu’entité dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Groupe études et réalisations hydrauliques. Dans une déclaration dans les colonnes du quotidien Le Soir d’Algérie, le PDG de ce groupe a justifié cette décision d’absorption et a défendu son bien-fondé en expliquant que «le processus de reconfiguration du portefeuille d’entreprises du secteur de l’hydraulique de la SGP vers le groupe a été confié à un comité de pilotage. En ma qualité de P-dg de la SGP ERGTHY,devenue depuis 2018 le Groupe études et réalisations hydrauliques, je n’avais que la qualité de membre au sein de ce comité qui était placé sous la tutelle du ministère de l’Hydraulique. La reconfiguration s’est déroulée dans la plus totale transparence par le bureau d’études public Cetic. Il n’a jamais été question de léser une entreprise au profit d’une autre», a-t-il dit.

Ces explications ont été démenties par des documents exclusifs que nous avons pu obtenir au cours de nos investigations. A la fin de l’exercice 2017, les créances de Hydro Traitement avoisinaient les 2,6  milliards de DA. Nous avons obtenu le rapport du commissaire aux comptes de cette entreprise publique qui expliquait que l’exploitation de l’entreprise n’est pas en danger et qu’elle peut continuer de fonctionner normalement puisque les résultats financiers demeurent positifs. En dépit de ces indications chiffrées et vérifiables,  la SPA HYDRO TRAITEMENT se retrouve absorbée par une autre entreprise étatique déficitaire sans aucun motif économique et avec un danger de dissolution suivi d’un risque de liquidation. Les travailleurs de la SPA Hydro Traitement s’inquiètent plus que jamais pour leur avenir et celui de leur familles. Le nouveau gouvernement  doit rouvrir ce dossier pour réparer les mauvaises décisions de gestion qui portent un préjudice dangereux au gagne-pain des travailleurs algériens. Affaire à suivre…

 

LEAVE A REPLY