Exclusif. Chengriha élargit le cercle restreint des décideurs du haut commandement militaire

0
389

L’actuel chef d’Etat-Major de l’ANP, le général-major Said Chengriha, a procédé à des changements stratégiques au niveau du haut commandement militaire de l’Armée algérienne. Le successeur du défunt Ahmed Gaid Salah a élargi le cercle restreint des décideurs composant le haut commandement militaire de l’armée algérienne. A l’époque du du défunt Ahmed Gaid Salah, ce cercle était composé de 7 décideurs : le secrétaire général du ministère de la Défense Nationale, le chef de la première région militaire, le chef de la deuxième région militaire, le commandant de la Garde Républicaine, le commandant des forces militaires terrestres et le commandant des forces militaires aériennes. 

Ces hauts responsables de l’armée algérienne étaient associés régulièrement aux décisions prises par Ahmed Gaid Salah. Ils étaient les seuls dirigeants militaires qui étaient invités à se réunir plusieurs fois par semaine avec le défunt patron de l’institution militaire algérienne, Ahmed Gaid Salah. Les décisions politiques et militaires les plus importantes ont été décidées au cours de ces réunions durant la période allant de mars 2019 jusqu’à décembre de la même année. Après le décès d’Ahmed Gaid Salah le 23 décembre dernier, c’est un membre influent de ce cercle restreint des décideurs militaires qui a été promu Chef d’Etat-Major. Il s’agit en l’occurence de Said Chengriha, l’ex-commandant des forces militaires terrestres de l’armée algérienne.

Ce dernier est donc le nouveau patron de l’institution militaire algérienne. Et depuis son arrivée aux commandes de l’ANP, Said Chengriha a décidé d’opérer un élargissement du cercle restreint composant le commandement opérationnel de l’armée algérienne. Ainsi aux sept membres incontournables fidèles à Gaid Salah, Said Chengriha a rajouté de nouveaux hauts responsables militaires qui assistent à ces réunions stratégiques et qui sont consultés pour la conduire des affaires de l’armée.

Ces hauts responsables militaires sont les nouveaux membres du cercle restreint des décideurs les plus influents de l’institution militaire algérienne. Il s’agit du chef de la 3e région militaire, le général major Mostefa Smaali, le chef de 4e région militaire, le général major Hassan Allaïmia, le chef de 5e région militaire, le général major Ammar Athamnia, le chef de la 6e région militaire, le général major Mohamed Adjroud, le commandant des forces de défense aérienne du territoire, le général-major Amar Amrani, le commandant par intérim des forces militaires terrestres, le général-major Omar Tlemsani.

Du temps de Gaid Salah, ces généraux ne siégeaient pas dans les réunions restreintes du haut commandement militaire. Cet élargissement, expliquent nos sources, témoigne d’une volonté de fédérer de nombreux hauts responsables de l’ANP autour du nouveau chef de l’institution militaire. Une ouverture qui se veut être un geste d’apaisement après la période troublante d’Ahmed Gaid Salah où de nombreux officiers supérieurs ont été sanctionnés, limogés ou même emprisonnés après avoir suscité le mécontentement, les doutes ou la colère du défunt Gaid Salah.

LEAVE A REPLY