3 PDG limogés en une année ! Sonatrach, le poumon économique du pays, en proie à toutes les déstabilisations

0
300

Sonatrach, la compagnie nationale des hydrocarbures, et le poumon économique du pays, est en train de connaître l’un des pires moments de son existence. Une instabilité chronique et une lutte de clans interne qui menace tout bonnement son fonctionnement alors qu’elle constitue le seul pourvoyeur de devises pour l’Algérie. 

Preuve en est, après avoir pris ses fonctions officiellement le 18 novembre 2019 à la tête de la direction générale de Sonatrach, Kamel Eddine Chikhi a été limogé ce mercredi 5 février par la Présidence de la République. Deux moins à peine après sa nomination par le prédécesseur de Tebboune, Abdelkader Bensalah. C’est une décision inédite qui plonge Sonatrach dans l’opacité totale puisqu’elle vient de connaître son 3e changement de PDG en moins d’une année. En effet, fin avril 2O19, Abdelmoumen Ould Kaddour est prié de partir et son remplaçant Rachid Hachichi sera lui-aussi démis de ses fonctions au mois de novembre 2019. Ce n’est pas du tout sérieux ni digne d’une compagnie nationale de la taille et de l’importance de Sonatrach.

Ce limogeage intervient au moment où Sonatrach mène des pourparlers avec des compagnies internationales considérées comme des géants dans leur secteur pour obtenir de nouveaux investissements en Algérie confrontée à une baisse de la production, une chute des exportations et par conséquent, une réduction drastique des recettes en devises de l’Etat. Comment ces investisseurs internationaux peuvent-ils traiter avec une Sonatrach qui change de PDG chaque trimestre ?

Cette instabilité relève de la pure inconscience d’autant plus que les remplaçants choisis n’ont pas le profil de l’homme capable de résister aux pressions pour mener le navire Sonatrach à bon port. Le successeur de Kamel Eddine Chikhi s’appelle Toufik Hakkar, ancien directeur exécutif de Stratégie Planification et Économie et il avait dirigé le groupe de travail chargé de l’élaboration d’une loi controversée sur les hydrocarbures, adoptée mi-novembre. Il était sous l’ère d’Abdelmoumen Ould Kaddour le vice-président Business Développement et marketing de Sonatrach. Selon plusieurs sources, l’homme est loin de jouir de l’expérience nécessaire pour diriger Sonatrach dans une période aussi troublante. Il est enfin le 12e PDG de la société publique des hydrocarbures depuis l’arrivée au pouvoir en 1999 de M. Bouteflika, signe d’une instabilité chronique et d’une mauvaise gestion dangereuse du groupe.

 

 

LEAVE A REPLY