Demain mercredi s’ouvre le procès du fils de Tebboune et de Kamel le « Boucher »

0
431

Demain matin mercredi, à partir de 9 H, s’ouvrira au tribunal de Sidi M’hamed à Alger le procès du fils de Tebboune, Khaled Tebboune, et de l’homme d’affaires Kamel Chikhi alias le Boucher, le principal suspect dans le scandale de la cocaine du Port d’Oran. 5 autres personnes sont inculpées dans ce procès. Il s’agit de l’ancien maire de la commune de Ben Aknoun, l’ex-chauffeur de l’ancien patron de la police nationale Abdelghani Hamel, mais également l’ex-procureur de la République près le tribunal de Boudouaou et son adjoint ainsi que Lemhel Mohamed Djalal Eddine, fils de l’ancien wali Ibrahim Lemhel.

Khaled Tebboune sera défendue demain par l’avocate maître Ouali. Le fils d’Abdelmadjid Tebboune, Khaled Tebboune, a été placé en détention provisoire le 20 juin 2018, dans le cadre de l’affaire de saisie de 701kg de cocaïne au port d’Oran. Il a passé plus de 20 mois en prison ferme. Il est à souligner enfin que Khaled Tebboune et les 6 autres accusés ne sont pas cités dans l’affaire de la cocaine du Port d’Oran. Ils sont impliqués dans un autre dossier. Il s’agit des affaires juteuses de Kamel Chikhi et des pots-de-vin que ce milliardaire controversé « distribuait » régulièrement à des hauts commis de l’Etat, des juges et des personnalités politiques pour obtenir des indus avantages ou des privilèges illicites qui ont facilité son enrichissement personnel.

Demain mercredi, les juges du tribunal de Sidi M’hamed plancheront uniquement sur ces affaires de corruption et de trafic d’influence. La question du scandale de la cocaine du Port d’Oran ne sera pas abordée ni traitée. Selon de sources judiciaires bien informées, il est fort probable que le verdict de ce dossier soit prononcé des demain soir par le tribunal de Sidi M’hamed. Le fils de Tebboune, comme les 6 autres accusés, ainsi que Kamel Chikhi connaîtront dés demain soir leur sort définitif d’autant plus que tous les projecteurs médiatiques seront braqués sur ce procès historique puisque c’est la première fois dans l’histoire de l’Algérie que le fils d’un Président de la République en exerce, et à peine élu, est traduit devant un tribunal pour de sombres affaires de corruption.

 

LEAVE A REPLY