Exclusif. Les postes à l’étranger coûtent à Air Algérie plus de 50 millions d’euros par an et 35 % de ces postes sont inutiles

0
1141

Si la compagnie aérienne Air Algérie va mal, très mal et accumule les dettes et les déficits financiers, c’est parce qu’elle est très mal géré. Et les dépenses d’Air Algérie à l’étranger dévoilent à elles-seules toute l’ampleur dramatique des conséquences de sa très mauvaise gestion. Preuve en est, les postes créés à l’étranger d’Air Algérie lui coûtent chaque année 50 millions d’euros,  révèle un audit interne de la compagnie aérienne qui a été réalisée récemment pour le compte de la Présidence de la République. 

Et dans ces 50 millions d’euros, 35 % des dépenses sont qualifiées d' »inutiles » et que la compagnie aérienne nationale aurait pu économiser. C’est une somme colossale de 17 millions d’euros que la compagnie nationale peut économiser. A titre d’exemple, à Palma en Espagne, Air Algérie dispose d’un délégué et d’un chef d’escale alors qu’elle ne propose que deux vols par semaine à destination de cette ville espagnole. Les charges salariales coûtent à Air Algérie pas moins de 168 mille euros par an. Une dépense que la compagnie Air Algérie aura pu réduire si elle avait conclu un partenariat avec un sous-traitant local qui gère la clientèle algérienne et les besoins de ces deux vols.

Par ailleurs, cet audit interne nous apprend également que les agences louées par Air Algérie à l’étranger lui coûtent plus de 2 millions d’euros par an. Des agences à Genève, Paris et plusieurs villes françaises et européennes. Air Algérie aurait pu se contenter uniquement de certaines petites agences dans les aéroports français ou européens et se focaliser sur le commerce électronique. Cette organisation aurait pu permettre à Air Algérie d’économiser plus de 1 million d’euros.

Notons enfin que les frais d’hébergement des équipages d’Air Algérie à l’étranger lui coûtent 30 millions d; ‘euros par an. Une dépense colossale qui pèse énormément sur les finances d’Air Algérie. La direction générale de cette compagnie nationale aurait pu négocier des contrats d’hébergement à longue terme avec des chaînes hôtelières pour rationaliser ces dépenses onéreuses. Le rapport d’audit interne présenté au cabinet du Président Abdelmadjid Tebboune estime qu’Air Algérie est capable à travers de nouvelles négociations commerciales avec des chaînes hôtelières peuvent lui permettre d’économiser au moins 3 millions d’euros par an concernant le budget de l’hébergement des équipages d’Air Algérie.

Ce rapport d’audit obtenu par Algérie Part dévoilent de nombreuses autres anomalies qui provoquent une véritable saignée financière à Air Algérie. Il dévoile les dessous de plusieurs pratiques de mauvaise gestion. Algérie Part reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations dans ses prochaines publications.

 

LEAVE A REPLY