Analyse – Ces Accords Soutenus par les Pays Arabes Contre la Palestine !

0
320

C’est aujourd’hui Mardi 28 Janvier 2020 que les Etats-Unis vont dévoiler le plan de Paix au Moyen Orient, censé résoudre le conflit israélo-palestinien qui date depuis 1948 et que le président américain Donald Trump avait confié dès son arrivée au pouvoir, il y a trois ans, ce dossier sensible à son gendre Jared Kushner.

Hier, en vue de l’annonce de ce qui est présenté comme le  »Deal du siècle »’, le locataire de la Maison Blanche a accueilli le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Washington, ainsi que le Général à la retraite Benny Gantz, son rival aux élections législatives israéliennes de Mars 2020 !

Cet accord, d’ores et déjà rejeté par les Palestiniens, prévoit en fait une confirmation de la souveraineté israélienne sur l’ensemble de Jérusalem et d’importantes parties de la Cisjordanie (Judée Samarie).

Ce qui, à plus d’un titre, constituerait un feu vert américain pour une annexion israélienne de la vallée du Jourdain, de la banlieue de Jérusalem Ma’aleh Adumim, colonie israélienne située en Cisjordanie à 7 kilomètres à l’est de Jérusalem, et permettrait à Israël de conserver deux lieux saints au plus profond de la Cisjordanie – la tombe des patriarches à Hébron dans le sud de la Cisjordanie et la tombe de Joseph à la périphérie de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie…

Les Palestiniens qui n’ont pas participé à l’élaboration de ces accords, ni sont présents à Washington qu’ils boycottent depuis qu’elle a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël en 2017, ont été surpris que certains Pays arabes, à l’instar des Emirats Arabes Unis, aient soutenu ce plan favorable à Israël.

En effet, les pays du Golfe soutiennent quasi totalement le plan américain et y ont même proposé un plan d’investissement de 50 milliards de dollars pour le développement des infrastructures en Cisjordanie et à Gaza…

Pourtant ces accords ne feraient pas mention d’un État palestinien, ni ne soulignent la souveraineté palestinienne sur Jérusalem-Est, et surtout, ils ne prévoient nullement de démantèlement en Cisjordanie des colonies israéliennes illégales au regard du droit international.

Pire encore, les zones palestiniennes seraient, selon certaines sources, démilitarisées et Israël contrôlerait les frontières et l’espace aérien…

Alors pourquoi cette précipitation dans l’annonce d’un projet de  »Paix » qui vise à légitimer la colonisation, et à terme l’annexion des territoires palestiniens ?

Il semble que la réponse tient à des considérations qui n’ont rien à voir avec les espoirs du peuple palestinien ou des attentes de Pays fidèles aux droit international.

L’annonce précipitée de cet accord à sens-unique et au mépris de tout un peuple, a pour seul objectif de détourner l’attention de l’opinion publique interne israélo-américaine.

En effet Trump et Netanyahou sont empêtrés dans des affaires juridiques dans leurs pays d’une part et sont tous deux à quelques mois d’une élection déterminante pour leur avenir politique d’autre part.

Aujourd’hui même, une commission parlementaire de la Knesset (assemblée israélienne) va commencer à étudier la demande d’immunité parlementaire de Netanyahou, inculpé pour « corruption » dans trois affaires qui menacent sa réélection en Mars 2020…

Au même moment, à Washington a lieu le procès en destitution de Donald Trump, accusé d’avoir utilisé les pouvoirs de sa présidence pour contraindre l’Ukraine à enquêter sur son rival démocrate, Joe Biden…

Et pour les pays du Golf et l’Arabie Saoudite, la fin du conflit israélo-palestinien suppose l’affaiblissement de leurs grand voisin Iranien.

Ainsi, comme souvent, certains régimes arabes qui souffrent de l’absence d’institutions fortes et légitimes, qui écartent leurs compétences au profit d’un népotisme outrancier, et dont les dirigeants sont le plus souvent corrompus, subissent les conséquences de politiques décidées ailleurs, pour des intérêts qui vont toujours à l’encontre des intérêts de leurs propres peuples.

Et comme le dit souvent Hollywood :  »Toute ressemblance avec un nom d’organisation ou de personne existant serait purement fortuite. »

Amir Youness

LEAVE A REPLY