Harcèlement et Trafics – Les Sombres Histoires de la DGSN à l’Aéroport d’Alger.

0
763

Les histoires d’Omar Bacha, responsable de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) en charge de la sécurité de l’Aéroport d’Alger, sont aussi nombreuses que graves et, apparemment c’est le dernier souci des autorités de notre pays.

Algeriepart avait déjà publié un article sur les frasques de ce cadre de la Police qui avait aidé Tahar Allache, le PDG de la Société de Gestion des services et Infrastructures Aéroportuaires (SGSIA), à voyager à l’étranger alors qu’il était sous le coup d’une Interdiction de Sortie du Territoire Nationale (ISTN) émise par la justice algérienne.

Nous avions également évoqué cette tragique histoire qui s’est déroulée durant le mois d’Avril de l’année précédente, et qui a vu une jeune policière, travaillant à l’aéroport d’Alger, se faire harceler puis sexuellement agresser avant de se faire menacer par le même Omar Bacha, qui était son supérieur hiérarchique…

Selon nos informations, La victime avait alors déposé plainte au niveau de l’Inspection Générale des Services (IGS), service de la DGSN qui pour mission de lutter contre l’excès de zèle des forces de l’ordre et de maintenir un contre-pouvoir au sein de la police nationale.

Omar Bacha – Directeur de la sécurité de l’aéroport d’Alger

 

Suite à cela, Omar Bacha avait été un temps suspendu, mais malgré toutes les preuves réunies contre lui, le dossier avait été classé sans suite et sans aucune sanction. Omar Bacha a alors été réintégré et la victime mutée dans une proche sureté de Daïra.

Malheureusement ce n’est pas la première fois qu’Omar Bacha est accusé de faits d’harcèlements de la part de ses collègues sans qu’il ne soit réellement inquiété par l’administration du service de sécurité auquel il appartient ou poursuivi par la justice algérienne. Nous y reviendrons dans nos prochaines publications.

 »S’il est surprenant que ce monsieur reste à son poste malgré toutes ses casseroles, il faut aller voir du côté des personnes qui l’ont nommé à ce poste et le protègent pour jouer le rôle réel qu’on lui a attribué à l’aéroport. » Nous explique un ancien cadre de la police qui a bien connu Omar Bacha.

Nous avons un peu plus enquêté et avons appris qu’Omar Bacha avait déjà été suspendu pour une affaire de transfert illicite de devises par un passager, pour un montant avoisinant les 400.000 Euros à l’Aéroport d’Alger.

L’actuel responsable de la sécurité de l’Aéroport d’Alger avait alors accompagné le passager jusqu’au dernier contrôle, au niveau du satellite menant à l’intérieur de l’avion, afin que ce dernier ne soit pas inquiété par les agents de police chargés des dernières vérifications. Mais c’était sans compter sur la vigilance des équipes du service des douanes, qui ont vite compris le manège et ont mis en échec cette opération illégale menée par un haut cadre de la police algérienne.

 »A cette époque Khelifa Ounissi était à la Direction de la Police des Frontières (DPF), et c’est lui qui avait sauvé son collègue en demandant aux services de douanes d’étouffer l’affaire avant de transférer Omar Bacha de l’Aéroport à la DPF » nous affirmera notre source.

Des protections, Omar Bacha en a beaucoup et il est le premier à le crier haut et fort.  »Quand Bedoui partira, je partirai ! » s’amusait-il à répéter à son entourage en évoquant celui qui était alors Ministre de l’intérieur algérien…

Une autre rocambolesque affaire, qui a eu lieu durant le mois de ramadan 2019, avait vu l’implication directe d’Omar Bacha et son collègue et bras droit dans les affaires de trafic de devises et de cigarettes, le commissaire Amine Bireche qui était responsable des passerelles satellites.

Le 20 du mois de Mai 2019, un passager en partance pour Barcelone (Espagne), transportait dans un sac à dos la somme de 570.000 euros et 101.000 dollars, soit l’équivalent de 18 Milliards de centimes algériens !

Saisie de devises à l’Aéroport d’Alger le 20 Mai 2019

 

Les caméras de surveillance avaient clairement confondu Amine Bireche avec le passager qui transportait le sac d’argent en train de siroter ensemble un café à la buvette de l’aéroport…

Pour pouvoir faciliter les infractions pénales de leurs  »amis », Omar Bacha et Amine Bireche avaient mis en place un stratagème simple et bien huilé et savaient exactement qui placer aux bons endroits, afin de mener à bien les opérations de transferts illégaux.

Ce jour-là, à l’heure de la rupture du jeûne, l’agent de police au niveau du scanner avait été instruit de furtivement quitter son poste de contrôle pour aller griller une cigarette, laissant ainsi passer le passager, avec son sac à dos, sans être inquiété. Voilà, c’est tout simple et ça marche à tous les coups !

Les services de douanes avaient été mis au dernier moment de l’imminence d’un transfert illégal de devises avec la complicité des éléments de la DGSN, avaient vite réagis et ont pu récupérer le passager et le sac à dos in-extremis de l’intérieur de l’avion…

Mais si l’affaire est encore en justice selon nos sources, Amine Bireche a pu bénéficier de la protection de ses responsables hiérarchiques, et comme à son époque Omar Bacha a été muté à la DPF. Si si à la DPF !

 »Voilà ce à quoi tous ces hommes ont réduit la Police Nationale au niveau de l’aéroport d’Alger. Un repaire de ripoux reconvertis en affairistes véreux, placés là pour utiliser leur pouvoir afin de satisfaire leurs bas instincts et pour s’enrichir de manière illicite, tout en arrosant leurs protecteurs des fruits de la saignée économique et financière de l’Algérie. » Conclura avec amertume le policier à la retraite avec qui nous avons échangé. Dramatique…

Vous comprenez à présent pourquoi Omar Bacha n’a jamais pu être, jusque-là, sérieusement inquiété ?

Amir Youness

LEAVE A REPLY