Le pouvoir algérien prépare actuellement une nouvelle réforme et refonte du fonctionnement des services secrets, à savoir l’ex-DRS. Le nouveau Chef d’Etat-Major de l’ANP, le général-major Said Chengriha, veut accélérer cette refonte pour en finir avec le « bazar » qui règne depuis la chute de Bouteflika au sein des services secrets. Le nouveau patron de l’armée et ses principaux collaborateurs veulent la création de trois nouvelles agences du renseignement et une nouvelle redéfinition des rôles et missions des services secrets, a-t-on appris de plusieurs sources  sûres proches du ministère de la Défense Nationale. 

D’abord, contrairement à ce qui a été rapporté par certaines médias algériens, c’est le haut commandement militaire de l’ANP qui a réclamé cette réforme. Le président Tebboune a été uniquement consulté et informé des tenants et aboutissants de la prochaine restructuration des services secrets algériens. Cette réforme a deux axes. Le premier consistera à regrouper les services du renseignement autour de trois nouvelles agences. La première et la principale de ces trois agences va demeurer sous l’égide du Chef d’Etat-Major de l’ANP. La deuxième sera rattachée à la Présidence de la République et collaborera avec le Chef de l’Etat. Quant à la 3e agence, elle sera placée sous la coupe du commandant de la gendarmerie nationale qui disposera d’un service d’investigation et de renseignement qui contribuera à professionnaliser les secteurs de recherches de la Gendarmerie Nationale chargés de diligenter les plus importantes enquêtes sur la corruption, les dilapidations des deniers publics ou les abus de fonctions.

De son côté, le général-Major Said Chengriha, l’actuel patron de l’ANP, a instruit ses équipes de s’inspirer du modèle américain avec certaines agences du renseignement dépendantes de la Maison Blanche et d’autres rattachées au Pentagone, le département de la Défense. Pour l’heure, aucun agenda précis n’a été arrêté pour annoncer la mise en place définitive de cette nouvelle reconfiguration des services algériens. Mais cette feuille de route devra entrer en application au cours de cette année 2020.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE