Une situation très dangereuse prévaut en ce moment à la Clinique médico-chirurgicale infantile (CMCI) « Mohamed Tolba » de Bou Ismail (Tipasa). Des blocages exercés par la direction de la Pharmacie du ministère de la Santé ont empêché des opérateurs pharmaceutiques  d’honorer leurs engagements et de livrer des traitements et dispositifs médicaux indispensables au traitement chirurgical de nombreuses cardiopathies congénitales graves et complexes. 

En effet, l’opérateur privé MEDSANTE  a fait parvenir à Algérie Part des documents qui démontrent son incapacité à procéder à la livraison des BIB ballons et des ballons de RASHKIND prévus dans le lot n°02 d’un appel d’offres public lancé par le CMCI de Bou Ismail.  Ces traitements  sont bloqués depuis juillet 2019 chez NUMED aux USA, et ce suite au blocage qualifié par MEDSANTE  « d’injuste et injustifié de nos les Programmes Prévisionnels d’Importation communément appelés les (PPI) 2019 » par la direction de la pharmacie, déplore la même source.

« Ce blocage nous empêche également de ramener les kits d’ECMO-MEDOS prévus dans le lot n°06. Il a également arbitrairement bloqué l’importation des tubes valvés pulmonaire », dénonce le même opérateur pharmaceutique d’après lequel les traitements et dispositifs médicaux bloqués par les autorités du ministère de la Santé sont indispensables à l’implantation en toute sécurité des stents dédiés à l’angioplastie percutanée de la coarctation aortique.

Il faut savoir à ce sujet que l’aorte est un gros vaisseau sanguin qui transporte le sang du cœur vers le reste du corps. Une coarctation de l’aorte désigne un rétrécissement de ce vaisseau sanguin. Lorsqu’il y a coarctation de l’aorte, cela signifie que la quantité de sang qui circule dans la partie inférieure du corps est réduite. Cela entraîne également une élévation de la pression artérielle dans les bras. Chez certains enfants, le rétrécissement se reproduit après une correction. On appelle cela une recoarctation.

D’autre part, les tubes valvés pulmonaires sont indispensables au traitement chirurgical de nombreuses cardiopathies congénitales graves et complexes dont le PPI a été arbitrairement bloqué en 2015. Une situation inédite et gravissime qui menace la santé de plusieurs patients inscrits sur des listes d’attente depuis 2015. D’ailleurs, le CMCI de Bou Ismail à Tipaza n’a communiqué aucune information sur le devenir de ces enfants patients qui ont cruellement besoin de ces traitements médicaux.

Il est à souligner enfin que l’opérateur MEDSANTE fait partie des rares opérateurs pharmaceutiques qui ont osé rompre le silence en faisant des recours concernant des appels d’offres truqués  et portant sur la dilapidation des deniers publics occasionnée est colossale.

LAISSER UN COMMENTAIRE