Tebboune hérite d’une situation économique catastrophique : les chiffres qui font peur !

0
683

L’Algérie est dans une situation économique très compliquée et termine l’année 2019 avec un bilan tout bonnement catastrophique. Déficit, perte de ressources en devises, recul des exportations des hydrocarbures, les chiffres dressent le tableau d’un pays en décadence sur tous les plans. Et les piètres débuts du Président Tebboune ne risquent pas d’arranger cette situation en 2020. Explications. 

Tout d’abord, c’est des chiffres de la direction générale des Douanes (DGD) qui confirment cette réalité amère. Commençons, d’abord, par les exportations : les exportations algériennes ont atteint près de 32,62 milliards de dollars (mds usd) sur les onze premiers mois 2019, contre 38,12 mds usd à la même période de l’année dernière, soit une baisse de 14,44%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD). Cette baisse représente une perte sèche d’au moins 6 milliards de dollars par rapport à 2018. A cela il faut ajouter la baisse des exportations en hydrocarbures.

Durant les onze premiers mois de l’année dernière, le volume global des exportations s’est s’établi à 30,25 mds usd, contre près de 35,45 mds usd, à la même période 2018, en baisse de 14,65%. Ce qui représente une perte financière dépassant les 5 milliards de dollars.

Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec près de 2,36 mds usd, ce qui représente 7,24% du volume global des exportations, contre 2,67 mds usd à la même période en 2018, en baisse de 11,70%, précisent les données de la DEPD.

La seule bonne nouvelle dans cette histoire est la petite baisse des importations. Elles ont atteint 38,37 mds usd, contre 42 mds usd, enregistrant également une baisse de 8,66%. De janvier à novembre derniers, les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 85,01%, contre 90,76% à la même période de l’année précédente. Ces statistiques officielles démontrent la toute décadence financière et économique de l’Algérie. Une situation explosive que doit gérer en toute urgence le Président Tebboune. Mais avec le tollé médiatique et les polémiques incessantes enclenchées dans le sillage de l’installation de son piètre gouvernement, l’avenir n’augure rien de bon.

 

LEAVE A REPLY