Confidentiel. Le ministre de l’Energie a été maintenu au gouvernement alors que son cabinet fait l’objet d’une enquête pour corruption

0
600
Mohamed Arkab, le ministre de l’Energie, a été maintenu dans ses fonctions au gouvernement alors que ses principaux collaborateurs font l’objet d’une enquête pour corruption et trafic d’influence ouverte par l’Office central de prévention et de lutte contre la corruption (Oplc), a-t-on appris au cours de nos investigations. 
L’OPLC a entamé son enquête à la suite d’une plainte qui avait été déposée par un collectif formé par des cadres supérieurs du ministère de l’Energie qui se plaignaient de plusieurs irrégularités dans la gestion de certains dossiers sensibles par Fatma Zohra Chorfi. Malheureusement, les complaintes de ces cadres n’ont jamais été écoutées ou prises en considération par le ministre Mohamed Arkab sur lequel exerce une grande influence Fatma Zohra Chorfi. Le colonel Khaled, de son côté, a aggravé sa mainmise sur la personne du ministre en faisant miroiter à Mohamed Arkab l’appui de soutiens prestigieux au niveau de l’institution militaire. C’est, d’ailleurs, probablement pour ces raisons que Mohamed Arkab a été maintenu dans ses fonctions alors que son bilan est plus que médiocre et controversé : des investissements en panne, une Sonatrach divisé par les conflits internes, une incompréhension totale des véritables enjeux énergétiques du pays  et, de surcroît, un CV peu reluisant et en déconnexion totale avec les nécessités et les besoins du secteur de l’Energie en Algérie.
Malgré cette situation explosive et l’enquête de l’OPLC sur les deux collaborateurs les plus proches de Mohamed Arkab, ce ministre a été épargné par la purge menée depuis la Présidence de la République. Une complicité inquiétante qui va porter un énorme préjudice à ce secteur névralgique du pays, mieux encore son poumon économique.

LEAVE A REPLY