Kamel Beldjoud, le nouveau ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, est un véritable miraculé. Et pour cause, l’ex-ministre de l’Habitat du gouvernement de Bedoui a échappé de justesse à un emprisonnement brutal au mois de juin 2019. En effet, l’ex-ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville faisait l’objet d’une enquête menée par les services de la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale. Une enquête qui concerne les passations douteuses de nombreux marchés dans le secteur  de l’Habitat. 

Kamel Beldjoud a assuré les fonctions de secrétaire général au ministère de l’Habitat entre  2016 et 2019. Il était le collaborateur le plus proche d’Abdelamdjid Tebboune, l’actuel Président de la République qui avait dirigé ce département ministériel entre septembre 2012 et mai 2017. C’est Tebboune qui est à l’origine de l’ascension fulgurante de Kamel Beldjoud. Ce dernier était uniquement  Wali délégué à Chéraga et à Rouiba jusqu’à 2015, puis à Zeralda jusqu’à 2016, et c’est Tebboune qui lui ouvre les portes de son ministère de l’Habitat et voit rapidement en lui son successeur. Il l’adoube et l’introduit auprès de son cercle intime. Kamel Beldjoud profite de ce pouvoir pour peser sur les attributions de plusieurs marchés publiques. Et son ami, l’entrepreneur privé Taleb Missoum, fait partie de ce cercle privilégié de businessmans qui ont été aidés et épaulés par l’ex-SG du ministère de l’Habitat à l’époque de Tebboune.

Kamel Beldjoud et l’homme d’affaires Taleb Missoum ont établi une véritable amitié qui remonte aux années 90 lorsque l’actuel ministre de l’Intérieur était le chef de daîra d’Aïn Oussara (Djelfa), le lieu de résidence de Taleb Missoum. Grâce à sa proximité troublante avec Kamel Beldjoud, Taleb Missoum obtient de nombreux publics stratégiques à Ain Oussara et ses environs. L’entrepreneur gagnera plus tard des milliards et amassera une véritable fortune lorsque son ami Kamel Beldjoud lui ouvre les portes du méga-projet de la nouvelle ville de Boughezoul, un projet de 650 millions de dollars attribué en 2008 au Sud-Coréen Daewoo Engineering. Taleb Missoum obtiendra au moins 120 milliards de centimes de marchés publics en tant que sous-traitants imposé aux sud-coréens par Kamel Beldjoud. Et cette enveloppe n’est que la partie visible de l’iceberg.

Justement, à la suite de plusieurs témoignages concordants et de nombreuses dénonciations, la brigade de Bab Jedid de la gendarmerie nationale fut instruite d’enquêter sur Kamel Beldjoud. Il devait même être convoqué à la Cour Suprême au mois de juin passé au même titre que l’ex-ministre du Tourisme, Abdelkader Benmessaoud. Mais apeuré et en panique, Kamel Beldjoud supplie son mentor Tebboune de faire jouer ses relations auprès de l’entourage du défunt Gaid Salah. Cette intervention a porté ses fruits et Tebboune sauve la tête de Kamel Beldjoud. Ce dernier s’en sort miraculeusement alors qu’il aurait pu être placé sous contrôle judiciaire ou tout simplement en détention provisoire à la prison d’El-Harrach. Mais le pouvoir algérien lui réserve un tout autre destin et Kamel Beldjoud se retrouve aujourd’hui parmi les poids lourds du gouvernement de Tebboune.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE